Christianisme – une autorisation de pécher ?

Christianisme – une autorisation de pécher ?

Ecrit par: Marie Lenk | Publié: mardi 19 janvier 2016

Beaucoup d’églises à travers le monde sont promptes à affirmer qu’il nous est impossible de vaincre le péché comme Jésus l’a fait. Mais est-ce vraiment ce qui est écrit dans la Bible ? Ou est-ce que le christianisme offre quelque chose de plus que le pardon ?

« Jésus est mort pour toi – Il a tout accompli. » « Tu as le pardon, peu importe combien tu pèches. »  « Une fois sauvé, toujours sauvé. »

Ces expressions, et beaucoup d’autres, sont couramment employées par les prédicateurs chrétiens. Elles peuvent sembler très attrayantes et pleines d’espoir, et les prédicateurs peuvent même prétendre qu’elles sont fondées sur les Ecritures. Mais cela ressemble plus à une autorisation de pécher. Quel réconfort cela peut-il apporter à quelqu’un qui veut arrêter de pécher ? A quelqu’un qui ne supporte plus sa manière de réagir, et qui n’arrive pas à se défaire de ses vieilles habitudes et de tous ses mauvais penchants. N’y a-t-il rien de plus que cela dans le christianisme ?

Nous avons tous besoin du pardon, mais nous ne pouvons pas le considérer comme quelque chose d’acquis systématiquement, et encore moins penser que nous le méritons. « Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous. » (1 Jean 1, 8) Il est aussi écrit que « ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. » (Matthieu 9, 12)

Non seulement il peut nous pardonner les péchés que nous avons déjà commis, mais il peut aussi nous montrer le chemin pour vaincre la racine même du péché.

Un médecin est capable de guérir les malades – de faire en sorte qu’ils aillent mieux. Il est clair que nous avons besoin d’un médecin. Ce n’est pas parce que nous sommes chrétiens que nous ne sommes pas tentés par des pensées impures, de nous soucier de ce que les autres pensent, de nous mettre en colère contre quelqu’un qui nous a fait du tort, etc. Mais le but n’est pas que nous continuions à céder à la tentation le reste de notre vie. Jésus est un grand médecin et il a la puissance de nous guérir de notre péché. Non seulement il peut nous pardonner pour les péchés que nous avons déjà commis, mais il peut aussi nous montrer le chemin pour vaincre la racine même du péché, les convoitises qui habitent dans notre nature et qui font que nous sommes tentés de pécher.

C’est possible, car Il est venu sur terre dans une chair semblable à celle du péché et il n’a pourtant  jamais péché (Romains 8, 3-4). Il est aussi clairement écrit dans Hébreux 4, 15-16 : « Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

Jésus a eu part à la nature humaine et il a été tenté comme nous en toutes choses, pour qu’il puisse vaincre le péché qui habitait dans sa propre nature humaine. Ce faisant, il a inauguré une voie pour que nous le suivions et que nous soyons affranchis du péché ! Il n’est pas uniquement venu pour tout faire à notre place et pour nous laisser uniquement l’espérance du pardon. « C'est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces, lui qui n'a point commis de péché… » 1 Pierre 2, 21-22 Le but est clairement que nous aussi, nous vainquions la puissance du péché comme Jésus l’a fait ! C’est ainsi qu’Il nous « guérit » de notre péché.

C’est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a point commis de péché.

Tout comme un docteur donne des consignes, peut-être des médicaments ou des exercices à faire, Jésus exige également notre coopération pour nous guérir. Il est écrit dans 1 Pierre 4, 1-2 « Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. » C’est cela le médicament que Jésus nous donne pour en finir avec le péché. Nous devons souffrir dans la chair !

Cela signifie que lorsque nous nous retrouvons face à une situation où nous sommes tentés, nous devons renoncer à cette convoitise et laisser notre chair souffrir et mourir avec ses convoitises et ses désirs charnels.

Nombreux sont ceux qui ont essayé d’y arriver par leur propre force de volonté, mais ils constatent sans cesse qu’au moment de la tentation, ils manquent de force pour résister au péché et ils finissent par céder, en pensées, paroles ou en actes. Mais quand nous parvenons à ce constat et réalisons que le péché est trop fort pour que nous puissions y faire face seul, nous pouvons nous « approcher avec assurance du trône de la grâce », comme il est écrit dans l’épître aux Hébreux, Dieu nous y attend, prêt à répondre à nos prières.

Il nous fait grâce en envoyant le Saint-Esprit pour nous aider, nous guider et nous fortifier au moment de la tentation – « dans nos besoins ». Le Saint-Esprit renforce notre détermination, pour que nous soyons assez forts pour souffrir dans la chair et ne jamais laisser la tentation entraîner un péché. En réalité, il n’y a aucune tentation que nous ne puissions vaincre, si le Saint-Esprit nous donne de la force. Aucun péché ne peut prendre le dessus sur nous. Aussi longtemps que nous sommes obéissants aux directives du Saint-Esprit, il nous donne la victoire à chaque fois !

Aussi longtemps que nous sommes obéissants aux directives du Saint-Esprit, il nous donne la victoire à chaque fois !

Nous ne quitterons jamais le trône de la grâce les mains vides. Au lieu de cela, nous recevrons de la force pour résister au péché jusqu’à ce qu’il soit anéanti. Petit à petit, tentation après tentation, le péché perd son emprise sur nos vies et nous sommes affranchis. Le christianisme n’est pas une autorisation de pécher, mais plutôt une clé pour vaincre le péché. C’est une vie de victoire et c’est entièrement possible pour tous ceux qui retiennent fermement leur confession !

Si tu te sens frustré à cause de cette doctrine qui donne l’« autorisation de pécher » et qui est prêchée dans de nombreuses églises de nos jours, alors lève-toi, finis-en avec ces mensonges et engage le combat contre le péché aujourd’hui !