L'amour divin - est-ce un sentiment ?

L'amour divin - est-ce un sentiment ?

Ecrit par: Anna Risa | Publié: samedi 27 octobre 2012

« A plus ! » lui dis-je joyeusement en lui faisant un signe de la main sur le pas de la porte. Je rentre lentement, je ferme la porte, et je pousse un petit soupir de soulagement. J’ai tout de suite honte ! C’est une fille absolument gentille, mais je n’aime pas vraiment être avec elle – je ne sais pas pourquoi.

« Quelle hypocrite tu es ! » me dit une petite voix dans ma tête. « Tu te dis chrétienne ? Les chrétiens sont censés aimer leurs ennemis, tout le monde le sait. Et toi, tu n’aimes même pas tes amies ? »

Cela n’a servi à rien d’essayer d’aimer  

« J’ai essayé ! » - c’est la réplique que je dis presque à haute voix, dans une vaine tentative de faire taire ces pensées désagréables. C’est vrai –  j’ai essayé. Pendant longtemps j’ai fait beaucoup d’efforts pour essayer d’aimer ceux qui m’entouraient, spécialement ceux avec lesquels je n’avais pas forcément « d’atomes crochus ». Je n’ai pas évité leur compagnie, et quand ils ont fait et dit des choses qui m’irritaient ou me rendaient grincheuse, je me suis rendu compte que l’irritation venait de mon intérieur et j’ai consciemment renoncé à moi-même.

Mais cela n’a pas aidé. Certes – je ne les déteste pas vraiment, mais même après avoir renoncé à mon irritation et à ma mauvaise humeur, tout ce qui reste est une sorte de neutralité à leur égard, un vide sans aucune sorte de sentiment. Je ne peux pas dire que j’apprécie d’être en leur compagnie, et en tout cas pas que je les aime. 

Comment Jésus peut-il nous ordonner d’aimer?

Je me laisse tomber dans un fauteuil et me sens complètement découragée. Pourquoi est-ce que cela doit être si difficile ? Je repense encore une fois aux paroles connues du Sermon sur la montagne où Jésus dit que nous devons aimer nos ennemis.

« Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » Matthieu 5, 44.

En regardant ce verset, quelque chose me frappe. Jésus nous donne ici quatre exhortations, mais les trois dernières sont des choses que tu peux accomplir concrètement. Je veux dire par là que cela peut être difficile, mais si quelqu’un te maudit, tu peux le bénir. C’est possible – tu ne peux pas dire que c’est impossible ! Il en va de même des deux autres exhortations. Tu peux physiquement faire du bien envers les personnes qui te haïssent, et tu peux prier pour des personnes même si elles sont affreuses envers toi.

Comment peux-tu te forcer à aimer une autre personne?

Mais comment est-ce que Jésus peut nous exhorter à aimer les hommes ? L’amour est un sentiment, un état d’esprit. Totalement régulé par le système limbique dans notre cerveau, ou quelque chose comme ça. Comment est-ce que tu peux te forcer à aimer une autre personne? Soit tu les aimes, soit tu ne les aimes pas – c’est comme ça que cela fonctionne pour moi, en tout cas. 

L’amour est une action 

Finalement, je me décidai de parler avec , un chrétien plus âgé pour qui j’ai beaucoup de respect et de confiance. Je lui explique mon dilemme et je conclus en disant que cela ne semble pas juste de la part de Jésus de nous ordonner de faire des choses que nous ne pouvons pas contrôler, comme les sentiments que nous devrions avoir par rapport aux autres.

« Non, non, tu t’es complètement trompée ! » répond-il avec enthousiasme. « L’amour dont Jésus parle ici n’est pas un sentiment. C’est une action, au même titre que toutes les autres choses que Jésus nous dit de faire. »

L’amour dont parle Jésus n’est pas un sentiment.

« Ah bon ? » - je reste sceptique et ne comprends pas tout à fait ce qu’il veut dire.

« Bien sûr » répond-il. « Tu sais ce qui est écrit en 1 Corinthiens 13, n’est-ce pas ? C’est le chapitre où l’apôtre Paul décrit ce qu’est l’amour divin. Lis-le attentivement – il n’y cite pas une seule fois les sentiments. »

Obéissante, j’ouvre ma Bible pour vérifier. Effectivement, il est écrit à partir du verset 4 « L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est pas envieux ; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son propre intérêt, il ne s’irrite pas, il ne médite pas le mal... »

« Tu comprends, c’est cela que signifie le fait d’aimer quelqu’un », explique Stadven. « Si tu es amicale envers les personnes, que tu es bonne envers elles, que tu n’es pas jalouse ni indécente envers elles, alors tu les aimes, et ce que tes sentiments te disent ne signifient rien. Tu es alors entièrement obéissante au commandement de Jésus. »

Ce sont les actions que je fais parce que je souhaite aimer les autres qui sont une preuve que je les aime réellement. 

C’est comme si une lumière s’allumait dans ma tête ! Voilà quelque chose que je peux faire ! Pendant tellement de temps j’ai attendu d’avoir des sentiments qui prouveraient que j’aime les autres. Je voulais ressentir que j’aimais les personnes avant de me forcer à être amicale, patiente, etc. Mais c’est le contraire ! Ce sont les actions que je fais parce que je souhaite aimer les autres qui sont une preuve que je les aime réellement.

Je remercie Stadven avec un sourire rayonnant et je le quitte remplie d’une espérance nouvelle. Maintenant je sais que quels que soient mes sentiments, je peux aimer chaque personne que je connais de la même manière que Jésus l’a fait.

« Il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il support tout. L’amour ne succombe jamais. » 1 Corinthiens 13, 7-8