Que dit la Bible au sujet de l’amitié avec des personnes non croyantes ?

Que dit la Bible au sujet de l’amitié avec des personnes non croyantes ?

Ecrit par: Steve Lenk | Publié: lundi 21 juillet 2014

Est-il possible pour un chrétien d’avoir des non-croyants comme amis proches tout en étant agréable à Dieu ? C’est une question importante, spécialement lorsque tu donnes ta vie à Dieu et que tes amis proches ou les membres de ta famille ne le font pas, ou lorsque tu essaies de gagner un non-croyant à Christ.

Lorsque tu choisis de suivre Jésus de tout ton cœur, il te montre le chemin pour vaincre le péché comme il l’a fait lui-même et pour devenir libre et rempli de joie. (Jean 10, 10) Si tu es fidèle, tu deviendras son épouse et son collaborateur pour toute l’éternité. (Apocalypse 3, 21) Mais y-a-t-il des relations humaines qui peuvent compromettre cette vocation élevée et céleste ?

A quoi est-ce que j’accorde de l’importance ?

Lorsque Jésus parlait aux gens, il abordait souvent le thème suivant : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n'est pas digne de moi, et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n'est pas digne de moi. » Matthieu 10, 37. De telles relations peuvent parfois t’empêcher de faire ce que tu sais être la volonté de Dieu pour ta vie. Peut-être que d’autres vont être vexés par les décisions que tu prends, ou ils vont te dire que servir Dieu ou faire sa volonté n’est pas si important, ou que c’est démodé ou mal compris. Mais en fin de compte, si tu gardes une bonne relation avec eux, tu renies ce que tu sais être juste au fond de toi-même. C’est à ces réflexions sur les relations humaines que Jésus faisait référence.

Jésus accordait plus d’importance à la volonté de Dieu qu’à tous les liens terrestres.

Un jour, la propre mère et les frères de Jésus voulurent lui parler lors d’un rassemblement et il répondit : « Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? … Car, quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma sœur, et ma mère. » Marc 3, 33-35. Jésus accordait plus d’importance à la volonté de Dieu qu’à tous les liens terrestres. Nous voulons préserver une relation terrestre, mais nous ne voulons pas être trouvés comme l’apôtre Paul le dit en Ephésiens 2, 12 : « sans Christ, … sans espérance et sans Dieu dans le monde. » Ce serait une perte éternelle pour nous-mêmes et peut-être même pour ceux qui nous sont chers.

Sous un joug étranger

Paul écrit également : « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger… Car quelle part a le fidèle avec l'infidèle ? » 2 Corinthiens 6, 13-15. Dans l’Ancien Testament, Dieu ordonne à Israël de ne pas utiliser deux espèces animales différentes pour labourer le même champ car sinon l’une d’elles empêcherait l’autre de faire son travail. Paul utilise cet exemple pour illustrer le fait qu’on essaye de préserver une relation proche avec des personnes qui n’ont pas la même soumission à Dieu que nous, qui n’ont pas le même objectif que nous de devenir l’épouse de Jésus, pure et sans tâche.

En quoi une relation d’amitié peut-elle être dangereuse ?

Jésus dit qu’il y a une porte étroite  et que peu la trouvent. (Matthieu 7, 13-14) Nous pouvons facilement nous éloigner de notre vocation qui consiste à vaincre comme Jésus a vaincu. Par nature nous avons souvent tendance à rechercher l’approbation de nos amis. Pourtant Jésus dit lui-même : « Je ne tire pas ma gloire des hommes. » Jean 5, 41. Paul affirme sans l’ombre d’un doute : « Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. » 1 Corinthiens 15, 33. Pourquoi prend-il les choses autant au sérieux ? Il est naturel que les croyants n’aient pas les mêmes objectifs, les mêmes intérêts et les mêmes valeurs que les non-croyants. Nous avons tous une propre volonté qui est contraire à la volonté de Dieu, et nous sommes très faibles. Nous sommes aussi facilement influencés les uns par les autres, et notre propre volonté humaine se laisse facilement entraîner pour trouver « le chemin de moindre résistance », ce qui signifie presque toujours un autre chemin que la volonté de Dieu. Passer du temps avec des non-croyants et être sous leur influence peut avoir pour résultat qu’il devient difficile pour nous d’accomplir la volonté de Dieu. Cela peut obscurcir la vision que tu as de la victoire, et même t’enlever ton désir de vivre pour Dieu.

Passer du temps avec des non-croyants… peut avoir pour résultat qu’il devient difficile pour nous d’accomplir la volonté de Dieu. Cela peut obscurcir la vision que tu as de la victoire, et même t’enlever ton désir de vivre pour Dieu.

Est-ce que je ne peux pas les gagner pour Christ ?

« Et si j’ai envie de les gagner pour Christ ? », te demandes-tu peut-être. « Comment pourrai-je faire cela si je romps ma relation avec eux ? » Le témoignage de Paul peut t’éclairer sur ce point : « Car, bien que je sois libre à l'égard de tous, je me suis rendu le serviteur de tous, afin de gagner le plus grand nombre. » 1 Corinthiens 9, 19. Paul devait d’abord devenir libre des hommes avant de pouvoir être suffisamment fort pour essayer de les amener à Christ. Il est important que nous soyons honnêtes envers nous-mêmes à ce sujet car si nous essayons d’aider ceux dont nous ne sommes pas réellement libres, le résultat sera sans doute désastreux. On peut le voir avec l’exemple de Salomon qui a épousé des femmes étrangères : « A l'époque de la vieillesse de Salomon, ses femmes inclinèrent son cœur vers d'autres dieux ; et son cœur ne fut point tout entier à l'Éternel, son Dieu, comme l'avait été le cœur de David, son père. » 1 Rois 11, 4. Si nous rompons ou évitons une relation humaine dans notre vie afin de préserver notre relation avec Dieu, Dieu récompensera largement notre fidélité. « Jésus répondit: Je vous le dis en vérité, il n'est personne qui, ayant quitté, à cause de moi et à cause de la bonne nouvelle, sa maison, ou ses frères, ou ses sœurs, ou sa mère, ou son père, ou ses enfants, ou ses terres, ne reçoive au centuple, présentement dans ce siècle-ci… » Marc 10, 29-30.

Il est important que nous soyons honnêtes envers nous-mêmes.

Nous pouvons aussi devenir un exemple pour tous ceux que nous portons dans notre cœur en espérant qu’ils recevront, eux aussi, les bénédictions qui découlent d’une vie en Dieu. Il n’y a pas de plus grand amour à leur manifester que celui-ci, même s’ils interprètent nos actions tout à fait à l’envers. Mais si nous supportons cette incompréhension et que nous restons fidèles à Dieu, nous ferons l’expérience de ces versets dans notre vie : « Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes œuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. » Matthieu 5, 16.