Aime la fraternité !

Aime la fraternité !

Ecrit par: Arild Tombre | Publié: vendredi 6 mai 2011

C’est la courte exhortation que Pierre nous adresse dans sa première épître au chapitre 2, v. 17. Nous comprenons par là que la notion de « fraternité » est tout à fait biblique.

 Mais ce n’est pas n’importe quelle fraternité. Non, il est question ici de ceux qui sont sanctifiés. Lire Hébreux 2, 11. Il est écrit que Jésus n’a pas honte de nous appeler « frères » lorsque nous vivons dans la sanctification. Cela concerne tous les hommes et les femmes qui vivent cette vie.

La fraternité est liée à la sanctification

La sanctification est donc la condition de cette fraternité magnifique. Et la sanctification est étroitement liée à la fraternité. Lorsque, dans cette fraternité bénie, nous nous servons les uns les autres, nous nous revêtons d’humilité envers les autres, nous considérons les autres plus grands que nous-mêmes, nous avons toujours à cœur le bien des autres, etc., comme la Parole de Dieu nous y exhorte, nous avons de multiples occasions de voir nos défauts et nos manquements. Cela signifie que nous avons richement la possibilité de nous sanctifier. Et nous avons de bonnes raisons de nous dire : Qu’aurions-nous fait sans la fraternité ?

Dans la fraternité, nous avons richement la possibilité d’être servis par nos frères et sœurs et de servir les autres. Nous avons richement la possibilité d’être encouragés et d’encourager les autres. Et richement la possibilité de nous humilier nous-mêmes. Car Dieu résiste aux orgueilleux mais il fait grâce aux humbles. 1 Pierre 5, 5. En pensant à cela, nous éprouvons une nouvelle fois le besoin de nous exclamer : Qu’aurions-nous fait sans la fraternité ?
Une des affirmations bibliques les plus fortes à propos de la fraternité se trouve dans la première lettre de Jean, chapitre 3, 14. Nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères. C’est cela que l’apôtre Pierre a voulu dire quand il a écrit : Aime la fraternité ! Et dans Hébreux 13,1 : Persévérez dans l’amour fraternel !
 

La fraternité ne tolère aucune fraude.

Quand il est question de fraternité, il est tout naturel de penser à Nathanël, le disciple à qui Jésus rendit spontanément le témoignage : Voici vraiment un Israélite, dans lequel il n'y a point de fraude. Jean 4, 48. La fraternité de Jésus-Christ se compose uniquement de tels « Nathanaël ». Dans cette compagnie, on se sent en sécurité. Il y règne la sincérité, la franchise et la confiance mutuelle. Des liens fins et éternels sont tissés entre ces âmes de disciples. C’est pourquoi nous chantons dans un cantique au sujet de la fraternité : « Elle ne supporte aucune fraude, seulement la fidélité : Elle rayonne glorieusement sur cette terre. » (Les Voies du Seigneur, n° 186 ). Oui, elle resplendit glorieusement sur cette terre où il n’est pas du tout évident qu’on puisse faire confiance aux autres. La vie de disciple et la fraternité sont une seule et même chose. Et c’est par la croix, avec une propre volonté crucifiée, que nous pouvons faire l’expérience d’une telle fraternité trés sainte.