Est-ce que la Sainte Trinité est bibliquement correcte ?

Est-ce que la Sainte Trinité est bibliquement correcte ?

Ecrit par: Richard Savage | Publié: vendredi 20 mai 2016

La doctrine de la Sainte Trinité est au centre de la plupart des enseignements chrétiens traditionnels. Mais la confusion naît dès qu’il s’agit de savoir comment la Trinité fonctionne et où cela est exposé dans la Bible. Est-ce que le concept de la Trinité est vraiment basé sur la vérité ?

La doctrine de la Sainte Trinité affirme que même s’ils sont 3 personnalités séparées, Dieu, Jésus et le Saint-Esprit sont des aspects différents de la même personne. Jésus est Dieu, Dieu est Jésus et le Saint-Esprit fait partie des deux.

Cependant, la façon dont fonctionne cette relation est une grande source de confusion. Comment trois êtres peuvent-ils n’en faire qu’un au même moment ? Comment peuvent-ils être identiques tout en étant séparés ? Beaucoup de gens escamotent leurs questions en déclarant que « les voies de Dieu sont au-dessus de nos voies », mais cela ne signifie pas obligatoirement que tout ce qui a rapport avec Dieu doive être un mystère.

En réalité, la doctrine de la Trinité ne se trouve pas dans la Bible. Elle vient du Premier concile de Nicée en 325 après Jésus Christ. Ce concile fut organisé par l’empereur romain, Constantin 1er, afin de répondre aux questions de plus en plus pressantes concernant la nature de Jésus-Christ. Les autorités religieuses de l’époque refusaient de croire que Jésus était un homme comme nous, qu’il avait été tenté en tout comme nous, car cela aurait signifié qu’ils auraient également dû vivre comme lui, dans la victoire sur le péché.

Le simple fait qu’on parle d’un père et d’un fils signifie qu’ils sont deux êtres séparés.

Le Concile proposa la doctrine de la Trinité car ceux qui le composaient étaient convaincus qu’il y avait une raison qui faisait qu’il était impossible pour nous de marcher comme il a marché (1 John 2, 6). Ils ne pouvaient pas nier ouvertement les Ecritures et dire que Jésus n’était pas un homme, mais ils ne pouvaient pas non plus s’humilier pour admettre qu’il l’était. C’est ainsi qu’est né le concept impossible suivant lequel Jésus Christ a existé aussi bien en tant que vrai homme et vrai Dieu sur terre.

Dieu, Jésus et le Saint-Esprit ne sont pas le même être

En Colossiens 1, 15, il est écrit de Jésus qu’il est « l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. » Cela montre clairement que Dieu a créé Jésus, d’où les noms « Le Père » et « Le Fils ». Le simple fait qu’on parle d’un père et d’un fils signifie qu’ils sont deux êtres séparés.

Jésus dit également en Matthieu 19, 17 : « Pourquoi m'interroges-tu sur ce qui est bon? Un seul est le bon. » Nous voyons clairement que Jésus ne se considérait pas comme étant Dieu.

Il y a beaucoup d’autres versets où Dieu et Jésus et le Saint-Esprit font référence les uns aux autres ou sont considérés comme étant des êtres séparés, ayant des tâches séparées, au ciel et sur la terre. Lis entre autres Jean 5, 19, Jean 14, 28, Jean 17, 1 Corinthiens 11, 3, Actes 7, 55.

Mais qu'en est-il de leur unité ? Nous pouvons voir que ces trois ne sont pas exactement la même personne. Mais ils ne sont pas non plus entièrement séparés, chacun suivant sa propre voie. Jésus dit en Jean 10, 30, "Moi et le Père nous sommes un." Il y a plusieurs autres versets dans le Bible qui font référence à Jésus, faisant un avec Dieu. Comment est-ce que l'on peut croire que ces trois ne font qu'un mais qu'ils sont des êtres séparés?

Nous pouvons voir que ces trois n’étaient pas exactement la même personne. Mais ils n’étaient pas non plus entièrement séparés, chacun suivant sa propre voie.

L’„unicité“ mentionnée ici fait référence à une unité dans la volonté, le désir et l’objectif plutôt qu’à une unité dans l’être. Le Père, Le Fils et le Saint-Esprit ont un but commun, un objectif commun et un désir commun pour le bien.

C’est pourquoi Jésus dit en Jean 6, 38 : « Car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m'a envoyé. » Il fait référence à Dieu comme étant une personne séparée, mais tous deux sont unis car ils font la volonté de Dieu. Ils ne font qu’un.

Il en est de même avec le Saint-Esprit. «Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. » Jean 16, 13. Cela montre également que l’Esprit ne parle pas de sa propre autorité car il n’est pas Dieu, mais qu’il lutte également pour accomplir la volonté de Dieu.

La vie de Jésus sur terre

« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme. » Philippiens 2, 5-7.

Nous voyons que même si Jésus n’était pas la même personne que Dieu, il existait sous forme de Dieu et était égal à lui avant de descendre sur terre. Cependant, il n’est pas venu sous cette forme divine. Il « s'est dépouillé lui-même » et « est devenu semblable aux hommes ». Lorsque Jésus est né sur cette terre en tant qu’homme, il était bel et bien humain. Il a renoncé à son existence sous forme de Dieu et l’a abandonnée.

Il a renoncé à son existence sous la forme de Dieu et l’abandonnée.

C’est pourquoi l’auteur de l’épître aux Hébreux pouvait écrire : « Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. » Hébreux 4, 15. Jésus était un être humain avec une nature comme la nôtre et il a été tenté en tous points comme nous. Nous savons que Dieu ne peut pas être tenté (Jacques 1, 13), c’est pourquoi Jésus n’était pas Dieu pendant qu’il était ici sur terre.

Cela peut nous sembler contradictoire par rapport à ce qu’il dit en Jean 14, 9 : « Celui qui m'a vu a vu le Père. » Mais il y a eu un développement dans la vie de Jésus. Il est dit en Luc 2, 52 que : « Jésus croissait en sagesse et en stature. » Il n’aurait pas pu croître en sagesse s’il avait encore été dans la forme de Dieu. Dieu possède toute la sagesse.

Il est également dit en Hébreux 2, 10 : « Il convenait, en effet, que celui pour qui et par qui sont toutes choses, et qui voulait conduire à la gloire beaucoup de fils, élevât à la perfection par les souffrances le Prince de leur salut. » Il est écrit qu’en Christ habite corporellement toute la plénitude de la divinité. (Colossiens 2, 9), mais ce n’était pas le cas lorsqu’il vint sur terre : Il « s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. » Philippiens 2, 7-8.

Au travers de ses souffrances, qui étaient dues au fait qu’il livrait à la mort le péché qui était dans sa nature (lis 1 Pierre 4, 1-2), Jésus devint parfait, en tant qu’homme. Il est parvenu à la nature divine, il a été rendu parfait. « C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom… » Philippiens 2, 9. C’est pourquoi, à la fin de sa vie, Jésus pouvait dire : « Celui qui m'a vu a vu le Père. »

La vie de Jésus était l’aboutissement du plan de Dieu pour l’humanité.

C’est parce que Jésus était né du Saint-Esprit qu’il avait la force de mettre le péché à mort. Aujourd’hui, le Saint-Esprit est aussi à notre disposition, pour nous donner la même force. (Jean 3, 3-8, Actes 1, 5-8, Galates 5, 16-25).

La vie de Jésus était l’aboutissement du plan de Dieu pour l’humanité. Le péché est entré dans le monde à cause de la désobéissance d’un seul homme et il a fallu qu’il soit vaincu au travers de l’obéissance d’un seul homme. Jésus était cet homme. C’est pourquoi il se définissait comme étant « le Fils de l’Homme ». Et Jésus dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » Jean 14, 6. Sa vie est un chemin pour nous également, nous pouvons venir au Père, parvenir à la nature divine. En suivant l’exemple de Jésus, nous aussi nous pouvons être affranchis du péché, comme cela a été le cas pour lui.

Que signifie la vie de Jésus pour nous ?

«Comme sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, au moyen de la connaissance de celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, lesquelles nous assurent de sa part les plus grandes et les plus précieuses promesses, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine. » 2 Pierre 1, 3-4.

Ce n’est pas seulement Jésus qui a atteint la nature divine. Ses disciples peuvent devenir participants de cette nature divine en suivant le même chemin que celui qu’il a suivi lui-même.

En réalité, tous les commandements de Jésus sont des commandements pour vivre de la même manière qu’il a vécue ici sur terre.

Pour que le plan de Dieu réussisse, il était en fait essentiel que Jésus soit un homme exactement comme nous et rien de plus. Sinon, nous ne serions pas capables de « marcher comme il a marché lui-même. » 1 Jean 2, 6. En réalité, tous les commandements de Jésus sont des commandements pour vivre de la même manière qu’il a vécue ici sur terre, dans la victoire complète sur le péché. Jean n’aurait pas pu dire cela s’il avait été impossible pour des êtres humains de le faire, mais Jésus était un être humain et il a prouvé que cela est possible.

Très vite après le temps des apôtres, les Chrétiens ont commencé à perdre la foi qu’il était possible pour un être humain de vivre libre du péché conscient, tout comme Jésus. C’est pourquoi ils ont voulu trouver une raison qui faisait qu’il était spécial, une raison disant qu’il avait quelque chose que nous n’avons pas.

Mais si tu crois en la Bible comme elle est écrite, et si tu crois que c’est possible pour nous de vivre exactement comme Jésus a vécu, alors le mystère de la piété « Christ manifesté en chair » (1 Timothé 3, 16 ») devient subitement clair. Il a vécu en tant qu’homme, en tous points comme nous, afin de nous montrer que nous aussi nous pouvons vivre sans pécher. Même si cela peut sembler difficile de vivre une vie en parfait accord avec la volonté de Dieu, en réalité, cela est possible avec la grâce de Dieu et le ministère du Saint-Esprit que Jésus envoie à ceux qui veulent lui obéir et vaincre le péché dans leur chair. (Actes 5, 28-32)

Il a vécu en tant qu’homme, en tous points comme nous, afin de nous montrer que nous aussi nous pouvons vivre sans pécher.

Et quelle est la rétribution ? C’est la grande et précieuse promesse qui déclare que nous pouvons aussi être participants de la nature divine comme Jésus Christ. « Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. » Apocalypse 3, 21. Il y a donc deux trônes au ciel, et Jésus veut partager celui qui est à la droite du Père avec ceux qu’il est fier d’appeler « ses frères » (Hébreux 2, 10-11) et son épouse (Ephésiens 5, 30-32).