Peut-on créer quelque chose de bien - en se servant du mal ?

Peut-on créer quelque chose de bien - en se servant du mal ?

Ecrit par: Øyvind Johnsen | Emplacement: Bergen, Norvège | Publié: lundi 28 novembre 2011


Peu importe la religion, la croyance, les idées pour lesquelles un homme se bat, c’est probablement pour une bonne cause, une cause qui apporte la liberté, la joie, la paix, la prospérité et le progrès, une cause qui établit une société bonne en créant des hommes meilleurs et de bonnes relations entres les hommes et les nations.

Mais si je veux créer quelque chose de bien, il faut que je sois moi-même affranchi de son contraire – le mal. Si je veux vaincre le mal dans ce monde, je dois d’abord vaincre – le mal en moi.

Mauvaise ou bonne source 

Tout ce qui est bon dans ce monde vient d’une bonne source, et tout le mal provient d’une mauvaise source. « Ce qui est bon, je sais, n’habite pas en moi », dit l’apôtre Paul dans Romains 7, 18. C’est pourquoi le message chrétien annonce la croix quant à cette chair qui est une mauvaise source. Galates 5, 24. Ce qui est bon favorise la croissance, la prospérité et la créativité, le mal favorise l’isolement, la stagnation, l’insécurité et la passivité.

 La bonne source c’est la Parole de Dieu et le Saint-Esprit.

 Un arbre sain ne peut pas porter de mauvais fruits, tout comme un mauvais arbre ne peut porter de bons fruits. Matthieu 7, 18. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits, v.16. Le message divin avec lequel Jésus est venu transforme entièrement cet arbre mauvais en arbre bon. Les bons fruits viennent de ce que l’arbre a puisé à une bonne source qui lui apporte de la sève et de la nourriture. La bonne source, c’est la Parole de Dieu et le Saint Esprit.

Les effets positifs ou négatifs  

Maris, aimez vos femmes, et ne vous aigrissez pas contre elles. Colossiens 3, 19. On peut se demander quels effets positifs peuvent résulter de paroles dites dans la colère et l’amertume dans la vie d’un couple ou dans n’importe quelles autres circonstances ? Des paroles amères créent une atmosphère sombre et pesante et cela ne résout pas les problèmes. La cause des problèmes, c’est que nous ne sommes pas nous-mêmes affranchis du mal.

En reconnaissant la vérité, nous nous rendons compte que ce sont nos propres désirs et nos exigences qui font obstacle. Libérés de l’amour que nous avons pour nous-mêmes, nous avons part à l’amour qui est une force positive qui fait font fondre les cœurs endurcis, fait tomber les murailles, réunis ceux qui étaient séparés, crée le contact et ouvre les cœurs, crée la confiance et l’intimité ! Alors – recherchons ce qui est positif ! Recherchons tout ce qui est bon !!

La cause des problèmes, c’est que nous ne sommes pas nous-mêmes affranchis du mal.

La langue comme outil

« La mort et la vie sont au pouvoir de la langue, quiconque l’aime en mangera des fruits. » Proverbes 18, 21. La langue peut tuer la joie et la paix, semer le doute et la méfiance, mais avec la langue tu peux aussi créer une bonne atmosphère, une bonne ambiance de travail, susciter l’espoir et la foi, donner du courage, de l’édification et de la confiance. Tout le monde doit manger (vivre avec) les fruits (les conséquences) de ses paroles.

Il peut être bon de penser au pardon que nous avons-nous-mêmes reçu.

Vengeance et revanche

Paul écrit dans Romains 12, 17 et 21 : Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant les hommes… Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais surmonte le mal par le bien. »

Là où les hommes ont été animés d’un esprit de vengeance et de revanche, cela n’a jamais créé rien de bon dans ce monde. La vengeance appartient à Dieu. C’est son affaire, c’est de son ressort. C’est pourquoi il vaut la peine de ne jamais laisser de place à des pensées de punition ou de vengeance à l’égard d’une personne, quelle qu’elle soit et quoi qu’elle ait fait. Dans de telles circonstances, il peut être bon de penser au pardon que nous avons-nous-mêmes reçu et de se souvenir que Jésus, le Fils de Dieu, a donné sa vie en rançon pour tous les hommes. 1 Jean 2, 2.

« C’est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés : car elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui on pardonne peu, aime peu. » Luc 7, 47.

On ne peut pas créer quelque chose de bon en se servant du mal !