Qu’est-ce que le péché ?

Qu’est-ce que le péché ?

Ecrit par: Milenko van der Staal | Publié: vendredi 30 septembre 2016

Selon la Parole de Dieu, le péché est ce qui sépare les hommes de Dieu, et le salaire du péché, c’est la mort. Mais en réalité, qu’est-ce que le péché ? Et comment est-ce je sais quand je pèche ?

Le péché est la transgression des lois de Dieu. (1 Jean 3, 4)

Savoir ce qu’est le péché – savoir ce qui est mal

La loi morale de Dieu est inscrite dans le cœur de chaque être humain (Romains 1, 20) et lorsque je suis tenté à pécher, ma conscience perçoit immédiatement un danger. Ma conscience (ou ma compréhension de ce qui est bon et de ce qui est mal) me met en garde lorsque je suis sur le point de transgresser la volonté de Dieu et me rappelle à l’ordre lorsque j’ai péché. C’est un outil qui a pour but de m’aider à ne pas commettre de péché.

Ma conscience me met en garde lorsque je suis sur le point de transgresser la volonté de Dieu.

Ma conscience étant ma connaissance du bien et du mal, toute transgression des injonctions de ma conscience est considérée comme du péché. Ma compréhension est cependant limitée et ma conscience ne concorde pas nécessairement avec la volonté parfaite de Dieu puisqu’elle peut facilement être influencée par des facteurs extérieurs tels que les normes sociales ou mon éducation personnelle. Lorsque je commence à servir Dieu et à lui obéir, il m’envoie son Saint-Esprit pour me conduire à sa parfaite volonté. L’Esprit peut alors m’éclairer sur des domaines où ma conscience n’est pas en mesure de le faire, et ma compréhension s’accorde de plus en plus avec la volonté de Dieu.

Le péché originel

Si l’on veut comprendre la notion de péché, il est important de comprendre ses origines. Le péché est entré dans le monde lorsqu’Adam et Eve ont désobéi à Dieu. Ils ont obéi à leur propre volonté plutôt qu’à celle de Dieu, et ont mangé de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Leur conscience a alors été éveillée : ils ont pris conscience de ce qui était bien et de ce qui était mal, et ont compris qu’ils avaient péché. Par cet acte de désobéissance, leur nature humaine s’est corrompue et ils ont reçu une nature pécheresse, ou une chair pécheresse – c’est ce qu’on appelle souvent le péché originel.

Le péché que j’ai en moi est le péché dans la chair – les passions et les désirs – dont j’ai hérité.

Le péché dans la chair – Avoir du péché

Tous les descendants d’Adam et Eve ont hérité du péché dans la chair : ils ne sont pas coupables mais ont hérité d’une tendance ou d’un penchant naturel à vouloir suivre leur propre volonté plutôt que celle de Dieu. La Bible emploie plusieurs termes pour décrire cette tendance : le péché dans la chair, le corps du péché, la loi du péché, les passions et les désirs etc. Paul écrit en Romains 7, 18 : « Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair. » Il décrit ici la tendance au péché dont nous avons tous hérité.

Jean écrit : « Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. » 1 Jean 1, 8. Le péché que j’ai en moi correspond au péché dans la chair – les passions et les désirs – dont j’ai hérité. La faute ne m’incombe pas à moi-même, je suis né avec le péché en moi et je n’en suis pas coupable.

Il y a une grande différence entre le fait d’avoir du péché – être amorcé par ses passions et ses désirs – et le fait de commettre le péché.

Je peux sentir cette tendance à chaque fois que je suis tenté. « Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. » Jacques 1, 14.

Quand est-ce que j’ai commis un péché ?

Il y a une grande différence entre le fait d’avoir du péché – être amorcé par ses passions et ses désirs, et le fait de commettre le péché. Jacques continue en écrivant : « Puis la convoitise, lorsqu’elle a conçu, enfante le péché ; et le péché étant consommé, produit la mort. » Jacques 1, 15. Nous voyons ici que la tentation ne devient pas du péché aussi longtemps que la conception n’a pas lieu. Cette conception a lieu lorsque mon entendement est consciemment d’accord avec la convoitise. Le résultat est alors que je commets le péché, que ce soit en pensée, en parole ou en action. C’est alors du péché pour lequel je serai tenu pour responsable, je suis coupable. Ce péché peut m’être pardonné si je me repens sincèrement. Mais après m’être repenti, il faut que je prenne la ferme résolution de ne plus pécher.

Le péché dont je ne suis pas conscient – les actions du corps

Il est évident que je peux agir, parler et penser de manière contraire à la volonté de Dieu sans en être conscient sur le moment. La Bible qualifie ces actes d’actions du corps, et elle parle d’être captif de la loi du péché qui se trouve dans nos membres (lire Romains 7 et 8). Puisque je n’étais pas conscient de ces penchants jusque-là, je ne suis pas coupable. Dieu ne me condamnera pas pour le péché dont je ne suis pas conscient. Toutefois, ces actes peuvent parvenir plus tard à ma conscience, et il faut alors que j’en fasse quelque chose (mon esprit conscient devra les juger et les rejeter).

Il est entièrement possible de toujours garder une conscience pure.

Personne n’est obligé de pécher !

Bien que j’aie du péché dans ma chair, je ne suis pas obligé de pécher. Lorsque je suis tenté à faire quelque chose de mal et que j’ai conscience que c’est mal, je peux choisir de ne pas commettre le péché. Je peux choisir de faire la volonté de Dieu au lieu d’être d’accord avec mes propres passions et désirs.

Cette compréhension ouvre la porte vers une vie particulièrement intéressante ! Il est entièrement possible de toujours garder une conscience pure. Il est entièrement possible de vivre une vie qui plaît toujours à Dieu ! Il est entièrement possible de vaincre le péché et la mort, et de devenir participant de la nature divine et de la vie éternelle ! (2 Pierre 1, 2-4)