Quand le jugement est une partie fondamentale de la vie chrétienne

Quand le jugement est une partie fondamentale de la vie chrétienne

Ecrit par: Marie Lenk | Publié: lundi 30 novembre 2015

Le commandement « Ne jugez point ! » est bien connu, tant chez les croyants que chez les non-croyants. Il est au centre du christianisme. Cependant la Bible dit autre chose au sujet du jugement.

Juger les autres

« Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l'on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. » Matthieu 7, 1-2. Jésus a tenu ce discours puissant dans le contexte du verset suivant : « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil? » Matthieu 7, 3. Il révèle ici notre tendance humaine à critiquer ce que les autres font ou leur manière d’être, plutôt que de nous occuper de notre propre « poutre » ou notre besoin du salut. C’est contre ce genre de jugement qu’il nous met puissamment en garde. Jésus lui-même a donné ce témoignage personnel : « Je ne juge personne. » Jean 8, 15.

Ces mêmes tendances au péché existent dans notre nature humaine, et si nous jugeons les autres plutôt que de travailler à notre propre salut, ce sont exactement ces mêmes péchés qui ont du pouvoir dans nos vies.

La Bible dit aussi très clairement qu’en tant qu’êtres humains, nous sommes incapables de juger les autres justement. « O homme, qui que tu sois, toi qui juges, tu es donc inexcusable; car, en jugeant les autres, tu te condamnes toi-même, puisque toi qui juges, tu fais les mêmes choses. » Romains 2, 1. On peut être tenté à penser qu’on est meilleur que les autres, ou on peut se fortifier avec la pensée qu’on ne fait pas les mêmes choses mauvaises qu’un autre. Mais si on pense de cette manière, on ne peut que se décevoir soi-même. Ces mêmes tendances au péché existent dans notre nature humaine, et si nous jugeons les autres plutôt que de travailler à notre propre salut, ce sont exactement ces mêmes péchés qui ont du pouvoir dans nos vies.

Se juger soi-même

Paul explique comment nous pouvons nous affranchir de cette nature humaine pécheresse à laquelle toute l’humanité est liée depuis la chute d’Adam. « Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. » 1 Corinthiens 11, 31-32. Si nous choisissons d’arrêter de juger les autres et que nous commençons à nous juger nous-mêmes, une vie entièrement nouvelle commence !

Lorsque nous commençons à peser nos propres pensées, mots et actions devant la face de Dieu, nous expérimentons le châtiment de Dieu sur notre propre vie. Sa Parole et son Esprit font briller la lumière sur les pensées et les motivations cachées qui, à ses yeux, ne sont pas pures. Nous découvrons alors que ce que nous pensons, disons et faisons est loin d’être parfait et que nous avons besoin d’aide pour être entièrement affranchis de notre propre péché !

De cette manière, nous échapperons également au jugement de Dieu qui viendra sur le monde à cause du péché.

Lorsque nous recevons cette lumière, nous avons matière à travailler ! Nous pouvons nous armer de la Parole de Dieu, que nous pouvons utiliser comme une arme pour lutter contre le péché qui habite dans notre nature humaine. C’est cela que signifie « marcher dans la lumière » comme Jean écrit en 1 Jean 1, 7 : « Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché. » De cette manière, nous échapperons également au jugement de Dieu qui viendra sur le monde à cause du péché. Notre péché peut être jugé et condamné maintenant et nous pouvons en être entièrement affranchis !

En mesure d’aider les autres

Lorsque nous sommes occupés à nous juger nous-mêmes pour être affranchis de notre propre péché, nous n’avons pas le temps de juger les autres. Nous pouvons encore être tentés à avoir des pensées de jugement, mais nous savons que nous devons immédiatement les repousser. Lorsque nous commençons à voir la profondeur de notre propre détresse et de nos manquements, les paroles de Jacques résonnent dans notre cœur « Qui es-tu, qui juges le prochain? » Jacques 4, 12.

En vérité, nous ne pouvons pas aider les autres en les jugeant ou en pointant du doigt leurs fautes mais nous pouvons les aider en nous jugeant nous-mêmes et en travaillant à notre propre salut. « Veille sur toi-même et sur ton enseignement; persévère dans ces choses, car, en agissant ainsi, tu te sauveras toi-même, et tu sauveras ceux qui t'écoutent. » 1 Timothée 4, 16.

En nous jugeant d’abord et en nous occupant de notre propre péché, nous pouvons aider les autres avec les paroles de Dieu qui ont été une aide pour nous.

Tandis que nous sommes affranchis de notre propre péché, nous devenons capables d’avoir plus d’amour et d’intérêt pour les personnes de notre entourage. Nous pouvons alors mettre en pratique l’exhortation de Jésus en Matthieu 7, 5 : « Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l'œil de ton frère. » En nous jugeant d’abord et en nous occupant de notre propre péché, nous pouvons aider les autres avec les paroles de Dieu qui ont été une aide pour nous.