Que dit la Bible au sujet de l’adultère ?

Que dit la Bible au sujet de l’adultère ?

Ecrit par: Steve Lenk | Publié: lundi 16 février 2015

L’adultère a lieu lorsqu’une personne mariée s’engage dans une relation sexuelle avec une personne autre que celle avec qui elle est mariée.

La Bible condamne clairement cet acte : « Tu ne commettras point d’adultère. » (Exode 20, 14) Dans le mariage, on s’engage à être fidèle à son époux et l’adultère viole cet engagement.

 « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. » (Hébreux 13, 4) Il est écrit que Dieu a « fait toute chose bonne en son temps » (Ecclésiaste 3, 11) et le temps qu’il a ordonné pour l’intimité sexuelle pour un homme et une femme a lieu dans la relation conjugale. Avoir cette relation avant le mariage (impudicité) ou avec une autre personne après le mariage (adultère) va directement à l’encontre de la volonté de Dieu. Même si ton conjoint consent à cette relation adultère, cela ne devient pas acceptable aux yeux de Dieu pour autant.

Fuis l’immoralité sexuelle

Paul met clairement en garde contre ce genre de comportement : « Fuyez l'impudicité. Quelque autre péché qu'un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l'impudicité pèche contre son propre corps. » (1 Corinthiens 6, 18) Recevoir un corps de la part de Dieu est un grand privilège et nous pouvons utiliser ce corps pour l’honorer. « Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu. » (1 Corinthiens 6, 19-20)

Recevoir un corps de la part de Dieu est un grand privilège et nous pouvons utiliser ce corps pour l’honorer.

Les possibilités que nous avons de glorifier Dieu avec notre corps sont soulignées dans 1 Thessaloniciens 4, 3-5 : « Ce que Dieu veut, c'est votre sanctification; c'est que vous vous absteniez de l'impudicité; c'est que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et l'honnêteté, sans vous livrer à une convoitise passionnée, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu. » La sanctification est le processus qui a lieu dans ceux qui offrent leur corps pour obéir à la volonté de Dieu. Ceux-là pourront participer à sa sainteté (sa vie et sa nature propres).

Dans le Nouveau Testament, Jésus étend l’adultère à celui qui convoite dans son cœur : « Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras point d'adultère. Mais moi, je vous dis que quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » (Matthieu 5, 27-28) Il souligne également l’attitude radicale que l’on doit avoir pour fuir un tel péché : « Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi; car il est avantageux pour toi qu'un seul de tes membres périsse, et que ton corps entier n'aille pas dans la géhenne. » (Matthieu 5, 29-30)

Tenté en tout comme nous, sans commettre de péché

Lorsque nous sommes tentés par des pensées impures, nous pouvons nous souvenir que Jésus a ouvert un chemin hors du péché pour nous tous : « Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Car nous n'avons pas un souverain sacrificateur qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre de péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce afin d'obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. » (Hébreux 4, 15-16) Devant le trône de la grâce, nous recevons l’aide dont nous avons besoin : « Car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. » (Hébreux 2, 18)

Les plaisirs passagers de l’adultère disparaissent vite mais la douleur que l’on récolte persiste longtemps.

Il n’y a pas de vrai bonheur durable pour un chrétien en dehors de la volonté de Dieu. Les plaisirs passagers de l’adultère disparaissent vite mais la douleur que l’on récolte persiste longtemps. Bénis soient tous ceux qui choisissent, comme Jésus, de souffrir en ne cédant pas à la tentation, pour faire la volonté de Dieu. Nous devenons ainsi une bénédiction et un exemple là où nous sommes. Et nous expérimentons ici sur terre puis dans toute l’éternité les joies toujours plus grandes qui résultent d’une vie fidèle.