Tu n'as pas besoin de te sentir heureux pour te réjouir

Tu n'as pas besoin de te sentir heureux pour te réjouir

Ecrit par: Brian Janz | Publié: lundi 28 septembre 2015

Le fait de se réjouir est un des commandements de la Bible le plus souvent mal compris.

Il existe une myriade de versets dans la Bible qui parlent du fait de se réjouir. Soyez toujours heureux. Réjouissez-vous dans la tribulation. Réjouissez-vous dans le Seigneur. La liste est longue. (Philippiens 4, 4 ; Thessaloniciens 5, 16 ; 1 Pierre 1, 6)

Pourtant, je trouve personnellement que c'est difficile de ressentir de la joie tout le temps. Est-il seulement possible de se sentir heureux tout le temps ?

Nos émotions ne sont pas du péché

Loin de là. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui semblait être heureux tout le temps. Il y a une différence entre le fait de se réjouir et celui de se sentir heureux. Le bonheur est une émotion parmi d’autres. Et nous sommes conçus pour passer par toute une gamme d'émotions. Par exemple, la tristesse est une réponse naturelle face au deuil ou à une tragédie. Jésus lui-même ressentait de la tristesse et du chagrin. (Hébreux 5, 7 ; Esaïe 53,3 ; Matthieu 21,12)

Je ne peux pas laisser ma tristesse se transformer en désespoir ou en découragement, ou la laisser me faire perdre foi en Dieu.

Mais mes émotions ne doivent pas dominer sur moi. Elles ne doivent pas prendre des décisions pour moi. Je peux ressentir de la tristesse, la comprendre et accepter de me sentir triste, mais je ne peux pas laisser ma tristesse devenir du désespoir ou du découragement, ou la laisser me faire perdre la foi en Dieu.

C'est normal de ressentir toute une gamme d'émotions. C'est normal de ne pas toujours se sentir heureux. Mais malgré ça, je dois toujours me réjouir.

Sois vigilant

Les émotions sont capricieuses, et elles faussent ma perception du monde. Les mêmes choses que j'expérimente lorsque je suis heureux peuvent apparaître complètement différentes quand je suis en proie à la tristesse. C'est pourquoi il est si important de ne pas laisser mes émotions dominer sur moi. Je ne dois pas fonder mes décisions sur mes émotions.

Lorsqu'on est un être humain, on a beaucoup de liberté, mais il y a aussi beaucoup de dangers.

Lorsque je me sens triste, je ne dois jamais laisser le découragement s’insinuer. Et lorsque je me sens heureux, je ne dois jamais laisser l'égoïsme s’insinuer. Je ressens une vaste gamme d'émotions et elles ont toutes été souillées par le péché. Lorsqu'on est un être humain, on a beaucoup de liberté, mais il y a aussi beaucoup de dangers.

« Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l'extrémité; dans la détresse, mais non dans le désespoir; persécutés, mais non abandonnés; abattus, mais non perdus; portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps », 2 Corinthiens 4, 8-10.

On peut avoir l’impression que c’est un chemin difficile à suivre, mais la clé est que la mort de Christ travaille toujours en moi, autrement dit, que je livre à la mort les pensées et les sentiments que je sais être du péché. (Colossiens 3, 5) La vie de Jésus-Christ peut alors se manifester en moi, et je peux expérimenter ce que c'est d'être dans la détresse, mais non dans le désespoir. Persécuté, mais non abandonné. Abattu, mais non détruit.

Comment faire pour se réjouir

Se réjouir ne signifie pas faire ses délices de quelque chose. Je n'ai pas nécessairement besoin de me sentir ravi. Je peux être triste, je peux ressentir de l’ennui. Peut-être que je ne ressens rien de particulier. Cela ne dépend pas vraiment de moi. Personne ne choisit comment il se sent. Mais au milieu de tout cela, je peux faire mes délices du Seigneur.

« C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves », 1 Pierre 1, 6.

Dieu travaille avec chaque situation pour qu'elle soit la meilleure pour moi, afin que je puisse utiliser les épreuves et les jours maussades pour être transformé.

Se réjouir, c'est savoir et croire que quels que soient mes sentiments, Dieu est là, avec moi, et ses promesses sont vraies. Il y a un avenir et de l'espérance. (Jérémie 29, 11) Dieu fait tout concourir à mon bien. (Romains 8, 28) L'éternité m’attend, là où je serais avec Jésus et les saints dans la paix, l'harmonie, et surtout, dans la joie.

Chaque situation de ma vie contribue à ce but. Chaque situation me prépare à entrer dans cette éternité. (Romains 8, 28) Dieu travaille avec chaque situation pour qu'elle soit la meilleure pour moi, afin que je puisse utiliser les épreuves et les jours maussades pour être transformé ; afin que je puisse me préparer à l'éternité. Je me réjouis dans mon esprit en sachant que Dieu travaille pour m'amener à une joie éternelle.

Un jour, je serai dans un lieu où plus rien ne pourra me rendre triste.

Se réjouir, c'est aussi avoir l'espérance que je serai un jour au Ciel pour l'éternité, là où il n'y aura plus de pleurs ni plus de larmes. Il n'y aura ni deuil, ni cri, ni douleur. (Apocalypse 21, 4) C'est normal de ressentir de la tristesse lorsqu'on vit sur terre. C'est une façon de faire face à la corruption que le péché a amené dans le monde. C'est une réponse naturelle face au deuil ou à une tragédie. Mais se réjouir signifie s’accrocher à l'espérance qu'un jour, je serais dans un lieu où plus rien ne pourra me rendre triste. Rien ne pourra dérober ma joie.

Et lorsque que je sais cela, et que je sais que c'est ce qui m'attend, c'est comme si j'avais une ancre dans le Ciel, et peu importe si les vagues de mes émotions ballotte mes sentiments d'un côté ou de l'autre, je sais que mon espérance est au Ciel. Je m'accroche fermement à la parole de Dieu.

Je serais avec les personnes que j'aime et celles que j'ai perdues. La paix et la joie vont resplendir dans les cieux, et il n'y aura rien d'autre que du bonheur. Une joie pure, véritable, indélébile, éternelle et inébranlable, et toujours en abondance.

C'est la raison pour laquelle je peux me réjouir. Même quand je ne me sens pas heureux.