Une foi vivante : devenir une nouvelle création !

Une foi vivante : devenir une nouvelle création !

Ecrit par: Aksel J. Smith | Publié: lundi 2 janvier 2017

« Ne pensez plus aux événements passés, Et ne considérez plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d'arriver : Ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude… Le peuple que je me suis formé Publiera mes louanges. » Esaïe 43, 18-19, 21.

De la mort à la vie

Beaucoup d´hommes ne réussissent pas à s´affranchir entièrement de leur passé. Le diable, le prince des ténèbres, qui porte aussi le terrible nom d´« accusateur de nos frères » (Apocalypse 12, 10), essaie toujours de fixer nos yeux sur les choses qui mènent au découragement, voire même au désespoir. Cependant, si nous avons demandé à Jésus qu´il nous pardonne nos péchés et si nous avons mis notre vie en ordre par rapport aux autres et si nous avons réglé les choses qui nous donnaient mauvaise conscience, nous pouvons à tout jamais tourner le dos aux puissances des ténèbres. Christ, par son précieux sang, nous a rachetés de tous les péchés, qu´ils soient grands ou petits.

Le diable essaiera de ramener à la surface ce que Jésus a jeté dans la mer de l´oubli, mais nous pouvons lui résister, fermes dans la foi, et il fuira loin de nous. Par la foi, nous sommes passés des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, et du pouvoir de Satan à celui de Dieu.

Avec une foi vivante en Dieu, il est possible de ne plus être affligé par les fardeaux du passé. Nous ne devons pas être tourmentés par les choses qui sont derrière nous si nous avons mis les choses en ordre avec Dieu et les hommes là où c´était nécessaire. Christ veut nous guider et nous faire entrer dans sa merveilleuse lumière et dans la gloire qui suit avec les nouvelles choses qu´il veut créer et produire en nous.

Un avenir de lumière et de vie

Après avoir été affranchis du péché, nous devenons des serviteurs de Dieu. Nous avons pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. Tout ce qui est nouveau et bon peut se manifester dans ce processus de salut à l’égard du péché, et c´est seulement à ce moment-là qu´on fait cette expérience. Des fleuves vivants coulent maintenant au travers de champs fertiles, là où auparavant nous vivions dans le désert. Nous expérimentons vraiment la joie et le bonheur pour nous-mêmes et pour les autres. Nous sommes formés pour proclamer les louanges du Seigneur ! Que tous nos intérêts et toutes nos pensées soient dans cette chose nouvelle.

Nous avons un avenir glorieux en Christ devant nous, un avenir de lumière et de vie, de repos et reconnaissance, de joie et de paix.

Paul écrit en Philippiens 3, 13-14 : « … mais je fais une chose : oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus Christ. » Le but de Paul était le prix de la victoire, et personne ne peut exprimer la pleine signification de ce prix de la victoire. (1 Corinthiens 2, 9) Paul exhorte ceux qui sont jeunes : « Fuis les passions de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, la charité, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d'un cœur pur. » 2 Timothée 2, 22.

Faisons-en sorte que rien de notre vie antérieure ne soit un obstacle ou un tourment constant. « Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » 2 Corinthiens 5, 17. Les vertus de Christ englobent tout ce qui est nouveau, ne devraient-elles pas se manifester comment jamais auparavant ? Nous serons alors bénis avec la joie et la paix et avec une espérance vivante pour nous-mêmes, même s´il peut y avoir beaucoup d’agitation et d´anxiété autour de nous. Tout le ciel est à nos côtés.

« Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. » Apocalypse 3, 12-13 ; Apocalypse 21, 2.

Ceci est une version revue d´un article publié à l’origine en norvégien dans le périodique de BCC « Trésors Cachés » (Skjulte Skatter) sous le titre « L´Ancien et le Nouveau » en janvier 1984.

© Copyright Stiftelsen Skjulte Skatters Forlag