Conférence de frères en Europe de l'Est 2011

Conférence de frères en Europe de l'Est 2011

Ecrit par: Sasha Tjupa | Emplacement: Ternopil, Ukraine | Publié: jeudi 1 décembre 2011

A l’ouest de l’Ukraine, dans la ville de Ternopil, une conférence a eu lieu le premier week-end de novembre. Cette conférence s’adressait spécialement aux frères d’Europe de l’Est.

Dans l’un de nos cantiques nous chantons « Comme il est bon de se rassembler ». A la conférence de Ternopil, on s’est vite aperçu que les amis qui venaient de différents pays d’Europe de l’Est étaient très heureux de se retrouver. On sentait la communion entre des personnes qui ont la même foi et qui mènent le même combat dans leurs circonstances quotidiennes.

A la première réunion, nous avons entendu un message puissant du dirigeant de l’Assemblée, Kåre J. Smith. Son message a porté sur la foi d’Abraham. « Car que dit l'Écriture? Abraham crut à Dieu, et cela lui fut imputé à justice. » Ro. 4, 3. Que croyait Abraham ? Croyait-il seulement que Dieu allait lui donner un fils ? Où bien pensait-il qu’il allait recevoir un fils quand il serait au ciel, après sa mort ? Non, dans la Bible nous lisons qu’Abraham croyait que Dieu lui donnerait un fils ici sur terre. Lorsque nous ne faisons pas confiance à nos propres forces, mais croyons que Dieu va accomplir son œuvre en nous, par sa force et sa grâce, cette foi nous est aussi imputée à justice.

La joie était palpable, aussi bien chez les jeunes que chez les moins jeunes. Malheureusement le temps passe beaucoup trop vite quand nous sommes ensemble, et tous les amis ont dû rentrer chez eux malgré tout, les uns après les autres. Que ramènent-ils à la maison ? Et quels effets ces paroles pleines de foi vont-elles avoir sur leur vie quotidienne ?
 

Anatolij Zjdanov, Russie:

J’ai compris que tout ce que j’ai entendu à la conférence doit être mis en pratique à la maison et dans l’assemblée. Je dois travailler pour avoir un véritable amour fraternel. Comme Paul l’a fait : il aimait beaucoup des frères qui ne l’aimaient presque pas. Je veux être pleins d’égards paternels pour mes frères plus jeunes et ne pas vivre pour moi-même.

 

Pjotr Balika Ukraine du Sud:

Tout est possible à celui qui croit, et la foi est éprouvée quand on rencontre des circonstances difficiles. J’ai eu une période où je n’avais pas la foi en la victoire et où je priais beaucoup à Dieu pour qu’il m’aide. Et puis j’ai été confronté à une situation où je ne pouvais pas compter sur les hommes mais seulement sur Dieu. Et grâce à son aide, j’ai maintenant la foi en la victoire et je me purifie pour avoir un amour fraternel sincère.

 

Sergej Drobin, Ukraine du Nord:

J’ai pris une décision ferme de changer radicalement de vie. J’ai pu voir qu’il me manquait le vrai amour. A la conférence, j’ai reçu la foi que je peux avoir la victoire sur le péché. A la maison, j’ai mis en pratique ces paroles : « Tout mensonge est péché », et ces paroles ont eu un impact fort sur les gens. Ils n’ont rien pu dire contre moi. Je souhaite rester fidèle à Dieu dans mes situations de tous les jours et sur mon lieu de travail.

 

Teofil Weis, Hongrie:

J’ai entendu que je dois travailler pour obtenir un vrai amour. Je dois donner ma vie et porter ma croix. Cela m’aidera dans mon travail auprès des jeunes de mon assemblée locale. A chaque conférence, je prends une décision ferme de mettre en pratique dans ma vie quotidienne ce que j’ai entendu.
 

Kornel Mihai, Allemagne (mais originaire de Roumanie):

J’ai déménagé en Allemagne, le pays d’où vient ma femme, à l’époque où la Roumanie était sous le régime communiste. A la conférence à Ternopil, Dieu avait à cœur de dire quelque chose de spécial aux frères d’Europe de l’Est. La foi d’Abraham – cela veut dire de ne pas rechercher les choses terrestres. Quand on est pauvre, on a du mal à accepter ces paroles de Jésus : « Rechercher d’abord le Royaume des cieux et sa justice » Mt. 6, 33.Mais je me souviens d’un frère roumain. Il était pauvre et il voulait partir en Espagne pour gagner un peu d’argent pour sa famille, mais tout cela l’aurait obligé à collaborer avec des gens peu recommandables. Finalement, il a renoncé à partir à l’étranger, et il a plutôt demandé à Dieu de l’aider. Après un certain temps, Dieu l’a puissamment béni avec un bon travail et une maison.