Hanne Stene, Renate Ellefsen et Valeria Rentschler durant l'escalade du Lanin.
Hanne Stene, Renate Ellefsen et Valeria Rentschler durant l'escalade du Lanin.

Au sommet du volcan Lanin

Ecrit par: Renate Ellefsen | Emplacement: Paso Flores, Argentine | Publié: lundi 6 juin 2011

Lanin

Etandue sur quatre pays en Amérique du Sud, se trouve la cordillière des Andes, et à la frontière entre l'Argentine et le Chili se trouve le volcan Lanin, un des sommet de la cordillière. Il culmine à 3776 mètres et sa dernière éruption a eu lieu il y a 500 ans.

Gravir le volcan Lanin en Argentine, haut de 3776 mètres, était le but pour 12 jeunes du Programme d'échange pour la jeunesse (YEP) lorsqu'ils sont partis en randonnée.

 Les 12 jeunes font partie d'un groupe de 15 du Groupe d'échange pour la jeunesse (YEP) qui travaille à la construction d'un nouveau centre de conférence pour Brunstad Christian Church dans le village de Paso Flores en Argentine. En plus de la construction du centre de conférence, ils construisent aussi une citerne pouvant contenir 1, 3 millions de litres d'eau, le village étant assez éloigné dans la pampa aride.

Parmi les 15 jeunes, onze viennent de Norvège, un de Finlande, un du Chili et deux d'Argentine.

La randonnée en montagne a été organisée pour fêter une étape dans la construction : la dalle de béton entre le premier et le deuxième étage a été coulée.

« Une expérience incroyable ! » nous dit Hanne Stene. Elle a 20 ans, et même si elle vient d'un pays montagneux comme la Norvège, elle n'a jamais fait quelque chose de semblable de toute sa vie. Comme il a fallu démarrer l'escalade à 4 heures du matin, elle avait manqué de sommeil la veille, si bien qu’elle ne se sentait pas bien. « J'ai cru que je n'y arriverais jamais, mais tout d'un coup, j'étais là au sommet et je pouvais admirer la vue sur le Chili et l'Argentine ! »

« Je suis content d'avoir réussi, mais je ne le ferai plus jamais ! »

 

Håkon Kjærnet (18), un autre Norvégien, faisait lui aussi partie de l'expédition, et lui non plus, il n’avait jamais fait une escalade aussi difficile. Il nous explique que le premier jour était dur. L’ascension de 1100 à 2300 mètres leur a pris 4 heures pour une distance de neuf kilomètres, et Håkon ne se sentait pas au top de sa forme. Mais les choses ont changé du tout au tout le lendemain matin quand il est resté juste derrière le guide durant toute la montée vers le sommet. « Facile ! », nous dit-il en relatant son exploit et en souriant malicieusement. « Je suis content d'avoir réussi, mais je ne le ferai plus jamais ! »

Des crampons à glace, des bâtons et des casques faisaient partie de l'équipement qui a aidé les 12 jeunes à gravir le volcan. A l’endroit le plus abrupt, la pente était de 30 pour cent, et il ne fallait surtout pas se relâcher ni faire des faux pas. Une fois arrivés au sommet, nous avons soutenu les trois derniers randonneurs par des cris d’encouragement pour qu’ils terminent l’escalade eux aussi, et ils avaient de quoi être fiers de leur exploit. Ils avaient réussi un test de courage et de dépassement de soi !