Concours de connaissances 2011

Concours de connaissances 2011

Ecrit par: Lisbeth Johnsen | Emplacement: Bergen, Norvège | Publié: jeudi 23 juin 2011

Nous sommes le 8 juin. A Bergen (Norvège), une centaine de jeunes sont installés devant des ordinateurs. La salle vibre d'excitation. Le niveau de stress atteint des sommets. Des réponses fusent de partout autour de moi. "A est juste, B et C sont faux". Le concours de connaissance annuel a commencé.

 Un groupe est assis à une table et se concentre sur l'écran de l'ordinateur. On entend murmurer autour de la table. « Quelle affirmation est juste concernant le repos en Dieu ? » entend-on demander. Une réponse fuse. Elle vient d'Emil, un jeune de 16 ans.
- On s'en sort bien dans ce concours, me précise le garçon de Bergen, mais j'aurais pu réviser encore mieux.
Pour se préparer au concours, Emil a lu le livre d'Elias Aslaksen « Je suis crucifié avec Christ », qui est le thème de la compétition cette année.
- En fait, j'ai plus lu pour moi-même, dit Emil, comme ça je connais le sujet et je peux l'utiliser pour ma propre vie - je n'ai pas seulement révisé comme un programme scolaire.

Le reste du groupe me demande de partir car ils sont pris par le temps. Un point de pénalité est retiré pour chaque minute utilisée. En même temps, je repense à la réponse d'Emil. Il ne veut pas seulement apprendre ce qu’il y a dans le livre à cause du concours mais à cause du contenu lui-même. Qu'est-ce qui rend le contenu plus intéressant que le concours lui-même ? Et quel est exactement le but de cette rencontre ?
 

Un groupe est assis à une table et se concentre sur l'écran de l'ordinateur. On entend murmurer autour de la table. "Quelle affirmation est juste concernant le repos en Dieu ?" entend-on demander. Une réponse fuse. Elle vient d'Emil un jeune de 16 ans.
- On s'en sort bien dans ce concours, me raconte le bergenois, - mais j'aurais pu réviser encore mieux.
Pour se préparer au concours, Emil a lu le livre d'Elias Aslaksen "Je suis crucifié avec Christ", qui est le thème de la compétition cette année.
- En fait, j'ai plus lu pour moi-même, dit Emil, - comme ça je connais le sujet et je peux l'utiliser pour ma propre vie - je n'ai pas seulement révisé comme un cours d'école.

Lire pour comprendre 

Je discute avec un responsable du groupe de jeunes de Bergen. William Bernhardsen nous précise que le concours est organisé en premier lieu pour mieux connaître la littérature de l'assemblée.
- Ces écrits sont des mystères que nous pouvons beaucoup mieux comprendre lorsque nous les lisons. On s'aperçoit que ce qu'on lit est vrai dans la pratique, dit William. Il continue en disant qu'on peut se retrouver dans des situations où on ne sait pas quel choix faire. - Quand je lis, je reçois une meilleure compréhension de ce qu'il faut faire dans de telles situations – c’est presque comme une surprise agréable qui me fait découvrir une lumière.
Le concours est donc organisé pour que les jeunes puissent en apprendre plus sur l'Évangile à l'aide de livres écrits par des personnes qui ont été dans les mêmes situations, mais qui ont eu la foi pour vivre d'après la Parole de Dieu et qui ont été transformées et sont devenues heureuses par elle. Ce que ces personnes ont écrit contient beaucoup de sagesse de vie, et cela peut nous être d'une grande aide et d'une grande utilité si nous voulons marcher sur le même chemin.
 

Aide dans la vie quotidienne

Une autre jeune qui s'est bien préparée pour ce concours, c'est Sylvia Nilsen qui a 25 ans. Elle a déjà lu le livre plusieurs fois, et elle est tout à fait d'accord avec ce que dit William. Elle nous dit aussi qu'elle repense souvent à ce qu'elle a lu quand elle se retrouve dans des situations difficiles, et cela l'aide à faire les bons choix.
- Le fait de lire les livres pour les concours m’a beaucoup aidée pour ma vie quotidienne.

Le livre sur lequel est basé le concours traite de la crucifixion de Jésus, mais il montre aussi comment nous pouvons vivre une vie crucifiée avec Lui.

Je demande à Sylvia : « Qu'est-ce qui t'a le plus marquée quand tu as lu ce livre ? » Elle réfléchit bien. Il est clair que beaucoup de choses ont laissé des traces.
- Ce qui m'a le plus marquée c’est qu’avec Jésus, il est devenu possible d’avoir la victoire sur le péché qui habite en nous les hommes, par ex. notre propre volonté et notre égoïsme. Jésus l'a fait, et je peux parvenir à la même chose si je renonce à moi même tous les jours et que je « porte ma croix ». (Mt.16, 24)

Et puis Sylvia nous confie que le plus important c'est de comprendre le contenu du livre. - Bien sûr c'est amusant de gagner, mais le livre peut aussi m'apporter de l'aide dans le combat contre mon propre égoïsme.

La fin du concours approche, et les groupes peuvent pousser un soupir de soulagement. Ils ne recevront pas les résultats avant samedi. Le groupe de jeunes se quitte en ayant derrière lui plusieurs mois de lecture intensive, mais la valeur de ce qu'ils ont acquis par cette lecture les suivra encore longtemps et nous espérons qu'elle sera utile dans la vie chrétienne personnelle et quotidienne de chacun.

Le concours a donné aux uns et aux autres la possibilité d’avoir part à un plus grand développement personnel, et une plus grande foi et une espérance de devenir de véritables imitateurs de Jésus-Christ.