Visite en studio

Visite en studio

Ecrit par: Lisbeth Johnsen | Emplacement: Bergen, Norvège | Publié: lundi 1 janvier 0001

Accompagnez Lisbeth Johnsen en visite dans le studio d’enregistrement de BKM Bergen, où un jeune chanteur se prépare à enregistrer un chant qui puisse inspirer – spécialement les jeunes.

Tout en bas d’une côte raide et sinueuse, au bord de la mer du Nord agitée, où les vagues soulevées par la tempête s’écrasent brutalement contre la rive, je trouve une maison petite en ancienne. Quand je m’approche des fenêtres éclairées, on entend faiblement un piano. Je suis maintenant parvenue au studio d’enregistrement de BKM Bergen, où un petit groupe de personnes installé bien au chaud jouent de leurs instruments et chantent de tout cœur. Mais quel est en fait leur travail, qui les réunit soir après soir autour de leur équipement audio ?
- C’est le meilleur lieu de travail, dit Karethe Opitz, une tasse de café à la main, en regardant la tempête par la fenêtre. - C’est une grande source d’inspiration. Quelquefois les vagues s’écrasent contre la fenêtre.
Karethe est l’une des responsables du travail musical à Bergen, et aujourd’hui il s’agit d’enregistrer un nouveau chant.
- C’est un cantique ancien écrit par une jeune femme dans la vingtaine, et plusieurs personnes nous ont demandé de l’enregistrer. Karethe croit que la raison est que beaucoup peuvent s’identifier avec ce cantique. - Tel que je le comprends, il parle de la paix que tu reçois dans ton cœur quand tu abandonnes ta propre volonté et que tu suis Jésus. Quelle que soit l’opposition que tu rencontres dans la vie, cela te rend heureux.

C’est Ruben Holm Andersen, âgé de 25 ans, qui a reçu la tâche de chanter ce cantique.

 

- Le texte du chant est très bon, dit Ruben. - On remarque que l’auteur a écrit le chant dans un désir fervent de servir Dieu quoiqu’il arrive dans la vie.

- On remarque que l’auteur a écrit le chant dans un désir fervent de servir Dieu quoiqu’il arrive dans la vie.

Ruben continue en expliquant qu’il aime énormément jouer et chanter, spécialement des chants écrits par les amis de Brunstad Christian Church. - Chanter des cantiques du recueil Les Voies du Seigneur est quelque chose d’unique. Il y a une grande force dans ces chants, ils sont porteurs d’avenir et d’espérance.
 
Ruben entre dans la petite pièce isolée où le son est enregistré, pendant que Karethe est assise à la table de mixage et appuie sur plusieurs boutons et interrupteurs.

Je reconnais l’un des boutons, le bouton REC. Quand on appuie dessus, on peut entendre la voix de Ruben faiblement à travers la pièce isolée. Cela semble assez ennuyeux de chanter seul dans une pièce sombre, mais quand j’emprunte un casque audio j’entends alors la même chose que Ruben entend : un bel accompagnement préenregistré que le jeune homme de 25 ans complète par le chant.

Cela me semble très beau à mon goût, mais les oreilles professionnelles ne sont manifestement pas complètement satisfaites.

- Tu dois t’imprégner du chant

- Reviens ici, Ruben, dit Dag Helge Bernhardsen, le responsable de la musique à Bergen. Il est demandé au chanteur de rendre le chant plus vivant. - Ce n’est pas suffisant de chanter uniquement, tu dois t’imprégner du texte, lui explique Dag Helge.

- C’est un grand défi de s’imprégner du chant, explique Karethe. - Si le chanteur doit faire passer le message, il doit l’avoir compris lui-même et en être lui-même saisi. L’essence même consiste à ce que le chanteur s’imprègne de ce que l’auteur a voulu exprimer par le cantique, ajoute Dag Helge.

Ruben fait une petite pause pour étudier le texte plus précisément, pendant que Dag Helge refait du café. Karethe me raconte que ces cantiques ont une grande importance pour beaucoup, d’après les retours qu’elle a.

- J’ai moi-même expérimenté plusieurs fois l’aide que m’apportent les cantiques quand c’est difficile pour moi.

- Peut-être plus qu’avant, les jeunes sont exposés de nos jours à beaucoup de mauvaises influences à travers les médias etc., ce qui peut avoir un effet destructeur au niveau spirituel et moral. Ils ont alors sûrement besoin de quelque chose de bon, qui leur donne du sens et qui peut les entraîner dans la bonne direction. J’ai moi-même expérimenté plusieurs fois l’aide que m’apportent les cantiques quand c’est difficile pour moi. Ils peuvent changer tes pensées en un instant.

Ruben revient après la pause et est prêt à chanter de nouveau. Il se dirige vers son micro pendant que Karethe et Dag Helge mettent leurs casques audios. La première strophe est chantée entièrement de nouveau, et Karethe se retourne sur sa chaise quand l’enregistrement est fini. - C’était beaucoup mieux maintenant, Ruben ! dit-elle en souriant.
 

- Le chanteur lui-même trouve que les producteurs font un très bon travail. - Karethe et Dag Helge donnent des feedbacks très importants à nous qui chantons. Ils ont des objectifs précis avec la musique qui est produite, il ne s’agit pas de produire en masse, mais que chaque contribution touche les cœurs de ceux qui écoutent.

Je me décide à laisser l’équipe de musique continuer à travailler sans les déranger, je m’emmitoufle bien dans mon manteau avant de sortir dans la tempête. En remontant le chemin raide je pense au petit extrait de leur travail que j’ai pu goûter, et je me réjouis d’autant plus à l’idée d’écouter le cantique une fois qu’il sera fini, spécialement maintenant que je suis moi-même plus consciente du contenu, et de tout le travail que cela représente.

Écouter ici le cantique achevé : Quand je pris ma croix