La sanctification

La sanctification

Ecrit par: Tom Harris | Emplacement: Sydney, Australie | Publié: samedi 16 avril 2011

Nous lisons dans la Bible que sans la sanctification, personne ne verra le Seigneur. Si nous sommes honnêtes, nous devons reconnaître que notre nature est loin d'être sainte. Comment cette transformation peut-elle donc avoir lieu ?

« Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. » Ro. 6, 22.  

La sanctification est un fruit. Pour que cela ait lieu, il faut d’abord que nous soyons libérés du péché de sorte que nous puissions devenir des serviteurs de Dieu. En Ro. 7, 25, Paul dit qu'il était esclave de la loi de Dieu par son entendement, mais esclave de la loi du péché par sa chair. Paul ne servait pas le péché avec son entendement – il ne cédait pas dans la tentation, mais il remportait la victoire par la force de l'Esprit. La loi de l'Esprit de vie en Jésus Christ l'avait rendu libre de la loi du péché et de la mort. Ro. 8, 2. La loi du péché et de la mort n’agit que quand je sers la loi du péché avec mon entendement.

 La loi du péché dans mon corps

Il servait malgré tout la loi du péché avec sa chair. Comment est-ce possible ? Nous pouvons utiliser un exemple simple pour nous aider à comprendre cela. Imagine-toi un homme qui doit apprendre à jouer au piano. Avec son entendement, il suit les notes, et il joue les notes du mieux qu'il peut, mais il commet tout de même des erreurs. C'est ce que Paul sous-entend quand il dit : « Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres. » Ro. 7, 22-23.

Nous ne devons pas confondre la loi dans nos membres avec la loi du péché et de la mort – la première agit quand je sers la loi de la mort avec ma chair (pas mon entendement), tandis que l'autre agit quand je sers la loi du péché avec mon entendement.

La sanctification est un développement

Utilisons le même exemple : l'homme qui joue du piano remarque certaines erreurs dès qu'il les commet, mais il ne les a pas commises avec son entendement, c'est l'autre loi dans ses membres qui a agi. Il y a d’autres erreurs dont il ne se rend pas compte et le maître (le Saint-Esprit) doit l'éclairer et les lui montrer.

Il en est de même pour tous ceux qui servent la loi de Dieu avec leur entendement; ils remarquent constamment que leurs œuvres et actions ont été influencées par la loi du péché qui est dans leurs membres. Quand ils le remarquent, ils acceptent le jugement de l'Esprit, et haïssent le péché et le font mourir par l'Esprit. « Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l'Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez. » Ro. 8, 13.

Les œuvres du corps sont des œuvres accomplies à cause de la loi du péché qui est dans mes membres. Je ne les ai pas accomplies volontairement, de la même manière que l'homme au piano n'a pas commis d'erreurs consciemment. Quand je remarque ces œuvres et les fais mourir, je suis sanctifié.

Je dois m’intéresser à la sanctification 

Le niveau qu'on atteint au piano dépend des capacités qu’on a, mais aussi de l'intérêt qu’on manifeste. Mais la sanctification n’a rien à voir avec nos capacités, elle dépend uniquement de notre niveau d'intérêt. Paul est arrivé loin sur le chemin de la sanctification car il était vivement intéressé. Il était saisi par la vie de Jésus : « ...oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. » Ph. 3, 13-14.

Quelqu'un qui fait de temps à autre une bonne œuvre peut être très content de lui et ne rien remarquer de l'autre loi qui est dans ses membres. Paul, au contraire, trouvait toujours l'autre loi dans ses membres et il trouvait donc cette loi qui faisait que le mal était attaché à lui, quand il voulait faire le bien. Ro. 7, 21. Si nous servons Dieu en vérité et si prenons plaisir à sa loi, nous trouvons aussi cette loi-là. Ce qui est important, c’est que nous servions Dieu d'un cœur sincère en toutes choses, et non comme des serviteurs qui cherchent à plaire aux hommes. Ep. 6, 6.

C'est quand nous accomplissons la volonté de Dieu de tout notre cœur que nous trouvons cette autre loi dans nos membres – ceux qui servent pour plaire aux hommes ne la remarquent jamais ; ils n'ont pas une oreille pour entendre la voix de l'Esprit, et ne peuvent pas avoir part à l’enseignement et à l’éducation de l'Esprit. Mais nous n'avons pas besoin d'être découragés quand nous remarquons que le mal est attaché à nous et quand nous sentons que l'Esprit nous éduque, car c'est justement cela qui nous donne la possibilité d'être sanctifiés plus profondément. Plus nous sommes sanctifiés, plus la vie devient bénie, pour nous et pour notre entourage. (Hé. 12, 10-11).