Un chrétien peut-il perdre son salut ?

Un chrétien peut-il perdre son salut ?

Ecrit par: Tom Harris | Publié: lundi 4 janvier 2016

Quand on se convertit et qu’on devient chrétien, on saisit un nouvel entendement. L’ancien entendement consistait à se servir à soi-même et ses convoitises – le nouvel entendement est de servir Dieu et de lui plaire. C’est là que le salut débute.

C’est de cela que Paul parle dans Éphésiens 4, 22-24: « ...à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l'esprit de votre intelligence, et à revêtir l'homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité. » Le vieil homme, c’est notre ancien entendement et l’homme nouveau, c’est notre nouvel entendement.

Paul écrit également en Romains 6,6 : « Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui. » Il est primordial d’en être conscient. Le salut ne signifie pas seulement que l’on reçoit le pardon de ses péchés parce que Jésus est mort pour nous sur la croix. Cela signifie aussi que notre vieil homme a été crucifié avec lui. C’est cela qui nous permet de vivre en nouveauté de vie (verset 4).
 

La croix - la force du salut

Paul écrit dans Philippiens 3, 17-19: « Soyez tous mes imitateurs, frères, et portez les regards sur ceux qui marchent selon le modèle que vous avez en nous. Car il en est plusieurs qui marchent en ennemis de la croix de Christ, je vous en ai souvent parlé, et j'en parle maintenant encore en pleurant. Leur fin sera la perdition; ils ont pour dieu leur ventre, ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte, ils ne pensent qu'aux choses de la terre. » Ils n’étaient pas ennemis de la croix aussi longtemps qu’ils recevaient le pardon des péchés grâce au sacrifice de Jésus, mais ils le sont devenus quand il s’est agi de crucifier le vieil homme avec Christ. Ils s’étaient peut-être convertis une fois et avaient reçu un nouvel entendement, mais ils étaient retournés à leur ancien entendement et aimaient à nouveau les choses de ce monde.

Il est aussi question dans 2 Timothée 3, 5 de ceux qui avaient l’apparence de la piété, mais qui reniaient ce qui en fait la force. La force se trouve dans la croix, car c’est la croix qui est une puissance de Dieu pour le salut (Romains 1, 16). C’est la croix qui maintient notre vieil homme crucifié, pour que nous puissions croître et que notre nouvelle vie puisse se développer – les vertus de Christ. Mais une forme religieuse extérieure qui ne fait que recouvrir d’une « couche chrétienne » l’ancien entendement qui aime le monde et ses convoitises, est une abomination aux yeux de Dieu. C’est l’hypocrisie que Jésus a tellement combattue.

Perdre le salut – enraciné dans le salut

Il est clair que si quelqu’un retourne à son ancien entendement, aime le monde et jouit de ses convoitises, il perd alors le salut. Un tel entendement n’a pas sa place dans le royaume de Dieu. S’il se repent véritablement et se tourne à nouveau vers Dieu, il peut retrouver le salut, mais il aura tout de même perdu un temps précieux pendant lequel les vertus auraient pu croître et se développer en lui. Restons donc fermement ancrés dans notre nouvel entendement, et persévérons dans cette attitude.

« Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus Christ, marchez en lui, étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d'après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces. » Colossiens 2, 6-7