UNE EQUIPE DE FILM ENGAGEE: 40 personnes ont participé au film sur la vie de Roar Sjemmedal à Hallingdal (N).
UNE EQUIPE DE FILM ENGAGEE: 40 personnes ont participé au film sur la vie de Roar Sjemmedal à Hallingdal (N).

Un film sur une vie hors de l’ordinaire

Ecrit par: Rédaction | Emplacement: Hallingdal | Publié: dimanche 12 septembre 2010

– Si quelqu'un lui posait des questions sur sa vie et sur l'Evangile, il était plein d’enthousiasme et on ne pouvait presque plus l'arrêter, raconte Trond Sjemmedal. Il est en train de faire un film sur la vie riche et intéressante de son père, en vue du concours de film annuel organisé par Brunstad Christian Church.

Environ 40 amateurs se sont portés volontaires pour participer au film dont le tournage a eu lieu cet été à Hallingdal.

La semaine de prise de vues a été très intense. Les participants se sont donnés à fond dans leurs rôles d'acteurs, de logisticiens, producteur, photographe, organisateur, preneur de son et éclairagiste, costumier, dans les coulisses et autres.

Trond Sjemmedal est le fils de Roar, et comme il s’intéresse beaucoup à la production de films, il a eu l'idée d'utiliser ce support pour raconter la vie de son père.

– Papa est la personne que je connais le mieux, et il brûlait vraiment pour l'Evangile. C'était une personne tranquille - il ne parlait pas beaucoup, sauf quand il s'agissait de l'Evangile, et de ce que cela lui avait apporté, poursuit Trond, qui est persuadé que le récit de la vie de son père peut susciter de l'intérêt, spécialement parmi les jeunes.

 Il aurait pu être amer

Trond a gardé de son père le souvenir qu’il était missionnaire à sa façon.

–- Il ne faisait pas du porte à porte avec des brochures, et il ne voyageait pas de par le monde – mais si quelqu'un lui posait des questions sur sa vie et sur l'Evangile, il devenait enthousiaste et on ne pouvait presque plus l'arrêter. Il voulait tellement partager ces choses avec d’autres, nous dit Trond en réfléchissant.

Roar Sjemmedal aurait facilement pu être amer envers Dieu, triste et soucieux, spécialement durant son enfance. Fils unique, il a perdu sa mère à l'âge de 12 ans, et son père lorsqu'il avait 23. Il a été amené à l'Evangile d'une façon assez particulière, mais cela l'a totalement affranchi. Roar est devenu heureux, joyeux, reconnaissant, bon et doux jusqu'à sa mort

 –  Nous faisons ce film pour poursuivre un peu le travail qu'il a fait. Ce pour quoi il vivait. Ce qui le rendait si heureux bien que son enfance n'ait pas été facile humainement parlant. Nous espérons que nous arriverons à faire passer un peu de ce message, nous dit Trond.


 Concours de film

Le concours de film est organisé chaque année dans le but de créer une dynamique autour de la production de films dans les assemblées locales. Il est fait pour donner des idées et avoir un effet formateur pour les jeunes qui s’intéressent à tout ce qui tourne autour de la production multimédia.

Le concours de cette année s'arrêtera au Nouvel An et les récompenses seront distribuées à la conférence d'été en 2011.