Des choses ordinaires qui en réalité, étaient nuisibles à ma vie avec Dieu

Des choses ordinaires qui en réalité, étaient nuisibles à ma vie avec Dieu

Ecrit par: Andreas Skutle | Publié: jeudi 29 octobre 2015

Comment des choses simples et quotidiennes détruisaient lentement ma vie avec Dieu.

« Tout est permis, mais tout n'est pas utile; tout est permis, mais tout n'édifie pas. » 1 Corinthiens 10, 23.

Même si une chose est permise, nous ne devons pas laisser quoi que ce soit nous lier. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de centres d’intérêts, comme la musique, les jeux vidéo et ce genre de choses, auxquelles j’ai consacré beaucoup de mon temps et qui ont beaucoup occupé mes pensées. Il y a eu un temps durant lequel toutes mes pensées tournaient autour de ces choses et aucune de mes pensées n’était tournée vers Dieu.

Je devais déterminer moi-même ce que j’avais la liberté de faire et comment je devais utiliser mon temps.

Lié par des choses ordinaires

Il n’a pas été si facile de réaliser à quel point j’étais lié.

Lorsque je regarde en arrière, je vois que ces choses qui sont assez insignifiantes et normales, comme aller sur Facebook et Instagram, ces choses-là avaient un certain pouvoir sur moi. Je me sentais obligé de consulter ma page Facebook. En réalité, il n’y a rien de mauvais en soi dans Facebook, mais c’était devenu une habitude pour moi et avant d’aller au lit ou dès que je me réveillais, il fallait absolument que je consulte Facebook. Je ne pouvais pas faire autrement, tout simplement. C’était comme si j’y étais contraint.

Lire la Parole de Dieu ou faire quelque chose de bien pour les autres me semblaient être des obstacles.

Prenons comme autre exemple les jeux vidéo. Beaucoup de gens se sentent libres de se détendre et de jouer à des jeux vidéo de temps en temps, mais je pense que personnellement, je ne peux pas le faire dès que l’envie m’en prend. Je dois être particulièrement conscient du danger que présentent toutes ces pensées qui m’absorbent et m’éloignent de Dieu. Cela ne signifie pas que je dois constamment penser à Dieu, mais ce qu’il y avait de dangereux, c’était que, d’une certaine manière, je ne sentais même plus que j’avais besoin de Dieu.

Les jeux vidéo et les réseaux sociaux ne sont pas forcément mauvais en soi. Mais ils ont changé mes priorités, et les ont éloignées de Dieu, d’une vie de chrétien. Mon monde et mes intérêts tournaient autour de ma propre volonté et de mes loisirs, et je n’avais pas besoin de quoi que ce soit d’autre. Lire la Parole de Dieu ou faire quelque chose de bien pour les autres me semblaient être des obstacles, alors qu’au contraire, j’aurais dû y voir l’aide que cela pouvait m’apporter. Mes pensées étaient tellement occupées par mes propres intérêts que je ne voyais pas à quel point j’étais éloigné de Dieu. J’en étais arrivé à me complaire en moi-même, sans aucun désir de grandir dans les vertus spirituelles.

Lorsque j’y repense, il n’est pas étonnant que je n’aie pas eu la victoire.

Lorsque toutes mes pensées étaient uniquement centrées sur mes propres intérêts et mes loisirs, je n’avais pas la victoire sur le péché, et j’avais le sentiment que la victoire était incroyablement difficile à obtenir. Mais lorsque j’y repense, il n’est pas étonnant que je n’aie pas eu la victoire.

Pendant longtemps, j’étais dans le déni. Il fallait que je m’humilie et que Dieu me montre ma propre faiblesse, pour que je réalise que mes priorités étaient complètement fausses. Il fallait que je comprenne que j’étais lié à Facebook, que je n’en étais pas libre, pas plus que j’étais libre des jeux vidéo à ce moment de ma vie. Ces choses exerçaient un pouvoir sur moi.

J’ai reçu la lumière sur ces choses et j’ai commencé à travailler activement pour livrer mes pensées à Dieu. Pour me remplir de sa Parole.

Comment devrais-je utiliser mon temps ?

En tant que chrétien, nous passons tous les jours par des batailles. Nous sommes tentés dans les épreuves qui surviennent sur notre chemin et nous devons lutter pour obtenir la victoire sur le péché qui demeure en nous. Je considère le temps qui sépare les épreuves comme un temps de préparation. Je peux lire la Parole de Dieu, c’est une préparation pour le combat. J’avais besoin d’utiliser ce temps pour lire la Parole de Dieu et me remplir d’un bon esprit afin d’être prêt à combattre. (Psaumes 119, 9).

Il est important pour chacun de trouver à quoi il est libre d’utiliser son temps et ce qu’il doit faire. C’était important pour moi de trouver cela. Bien sûr, je ne peux pas toujours lire la Bible, mais je suis toujours conscient que quoi que je fasse, je dois le faire dans un bon esprit.

Même si je ne lis pas la Parole de Dieu, j’ai quand même les intérêts de Dieu à cœur.

Il n’est naturel pour personne de lire constamment la Parole de Dieu. Je ne pense même pas que ce soit sain. Nous vivons nos vies et nous sommes avec d’autres personnes, nous avons des choses à faire. Mais même si je ne lis pas la Parole de Dieu, j’ai quand même les intérêts de Dieu à cœur. Je suis conscient du fait que je dois vivre une vie de disciple.

La différence dans ma vie

En fait, je n’ai pas la force ou la motivation en moi-même pour vivre entièrement pour Dieu. Cela peut souvent être difficile ou pénible et je ne suis pas très enthousiaste, « Super ! Je vais bénir les autres maintenant, » ou « Je vais maintenant lire un verset et ça va être magnifique ! » Il y a presque toujours une bataille. Je dois sacrifier quelque chose. Il y a presque toujours quelque chose d’autre que je préférerais faire.

Mais il y a une grande différence entre les jours que je vis pour Dieu maintenant, et les jours que j’ai vécus pour moi-même auparavant. Toute la différence repose dans la manière dont j’utilise mon temps. Je ne comprenais pas avant, mais désormais, je vois que c’est là que se trouve la clé. Sans l’Esprit de Dieu, je ne peux pas m’attendre à vivre une vie de victoire, ou une vie qui porte des fruits. Lorsque je sais que l’Esprit de Dieu est dans sa Parole, je comprends que je dépends complètement de sa Parole, je dois me remplir d’elle chaque jour, malgré tout ce que je peux avoir à faire.

Avant, j’avais presque le sentiment que la journée n’était pas vraiment remplie sans que j’aie joué à un jeu ou que j’aie écouté un peu de musique. Sinon, j’avais l’impression d’avoir perdu ma journée.

Mais ces journées font maintenant partie du passé. Maintenant, ma journée n’est pas remplie si je n’ai pas eu quelque chose de céleste dans ma vie. Si je ne me suis pas rempli de quelque chose de bon et pur qui vient de Dieu. Cela m’a permis de devenir très heureux, avec une espérance formidable pour l’avenir et pour ce que Dieu peut créer en moi !