Je devais complètement changer de direction, mais comment ?

Je devais complètement changer de direction, mais comment ?

Ecrit par: Melissa Halsan | Emplacement: Fredrikstad (Norvège) | Publié: mercredi 2 octobre 2013

Je me suis retrouvée dans des situations auxquelles je n’aurais jamais voulu être mêlée auparavant ! Tout est devenu sombre, et le désespoir était plus grand que jamais. Cela m’effrayait de voir que j’étais en train de devenir une tout autre personne que celle que voulais être.

J’ai grandi dans un foyer ouvert, où je me sentais en sécurité, avec des parents qui étaient toujours présents et attentionnés. Ma mère me chantait chaque soir : « Oh ! Seigneur je suis comblée, merci tu m’as tant donné ». J’avais été baptisée et confirmée à l’église, et j’allais à l’école du dimanche. Je priais Dieu et je rêvais de pouvoir vivre dans son paradis, comme je pouvais me le représenter dans mon cœur d’enfant.
Mais au moment de l’adolescence, j’étais comme tous les autres jeunes de mon âge : curieuse, aventurière, têtue et égoïste. Il n’y avait pas grand-chose qui arrivait à affecter mon perpétuel esprit d’opposition. J’avais beaucoup d’amis, je me plaisais bien à l’école et je n’avais jamais le sentiment de manquer de quoi que ce soit à la maison. Mais je sentais parfois un vide, une solitude, et j’étais désespérée de sentir que je ne me trouvais nulle part à ma place, lorsque je pensais à la société et au temps dans lequel nous vivions. Je me demandais souvent si je n’étais pas née à la bonne époque ou bien si c’était l’époque qui me menait à la dérive ! Et pourquoi les hommes n’étaient-ils pas en mesure de remédier à tous ces maux et à l’injustice qui régnait ?

Je posais beaucoup de questions à mes camarades d’école. Pourquoi … Pourquoi la pauvreté ? Pourquoi la famine ? La guerre ? Pourquoi n’avons-nous pas plus à donner ? Sommes-nous tellement cyniques que nous abdiquons et que nous ne nous soucions pas de tout cela ? Je croyais en un Dieu, mais où était-il dans ce monde ? Nous avait-il abandonné ou bien l’avions nous abandonné ?

Je croyais en un Dieu, mais où était-il dans ce monde ? Nous avait-il abandonné ou bien l’avions nous abandonné ?

Je pleurais souvent toute seule

Malgré tout, la vie suivait son cours, et j’étais très fière des excellents résultats que j’obtenais à l’école, au travail et socialement parlant. J’avais des tas d’opinions très arrêtées sur la façon dont les choses devaient être, et j’aimais discuter et poser des questions sur ce que nous apprenions à l’école et par les médias. Mais le vide et la frustration revenaient sans cesse, je pleurais souvent lorsque j’étais seule et j’avais le sentiment qu’il manquait un sens à ma vie. Pourquoi ne pouvais-je pas prendre mon parti de tout cela et vivre la vie tout simplement ?

J’avais décidé de ne plus pleurer, et je remplissais mes oreilles et mon temps en écoutant de la musique pour échapper aux pensées et aux sentiments qui m’obsédaient.

A 19 ans, je suis partie étudier dans une autre ville et pour voir autre chose. J’avais décidé de ne plus pleurer, et je remplissais mes oreilles et mon temps en écoutant de la musique pour échapper aux pensées et aux sentiments qui m’obsédaient.

Au bout d’un certain temps, mon trouble intérieur m’a quitté, mais avec lui ont aussi disparu ma voix intérieure et ma conscience. Et cela a eu pour conséquence que je me suis retrouvée dans des situations auxquelles je n’aurais jamais voulu être mêlée auparavant ! Tout était sombre et mon désespoir était plus grand que jamais. Cela m’effrayait de voir que j’étais en train de devenir une tout autre personne que celle que je voulais être.
 

J’ai alors coupé tout contact avec mes amis, et j’ai fait de grandes promenades seule au bord de la mer, en m’examinant profondément moi-même pour me retrouver et pour retrouver la vie que je voulais mener. Je savais que je devais changer complètement de direction, mais je ne savais pas comment faire …

Je me suis retrouvée dans des situations auxquelles je n’aurais jamais voulu être mêlée auparavant !

J’ai renié Jésus

… jusqu’à une nuit où j’ai eu un rêve très impressionnant. J’étais dans une très vieille église en pierre et délabrée. Tout était gris et tous les gens qui m’entouraient étaient agités. Sous nos pieds, le sol a commencé à vibrer et une frayeur s’est emparée de moi. Je tremblais de tout mon corps et j’ai été projetée à terre ainsi que tous ceux qui étaient avec moi. Il y avait comme une force qui nous collait au sol, et nous étions incapables de nous relever à cause des violentes secousses. Derrière moi, j’entendis une vieille dame chuchoter que Jésus allait revenir. J’ai fait plusieurs tentatives pour lever la tête et pour regarder. Au moment où de lourdes portes s’ouvraient derrière nous, j’ai brusquement levé la tête et j’ai pu apercevoir une main et une tunique. « Ce n’est tout de même pas Lui !? » me disais-je. Et la porte s’est brusquement refermée. « Chut ! Il revient dans trois jours » chuchota la vieille dame.

« J’ai renié Jésus. » Ces paroles m’ont transpercé comme une flèche et je me suis réveillée avec une énorme crainte ! Ce n’était pas un rêve ordinaire et mon corps était épuisé par la lutte que je venais de mener intérieurement.

« Mais qu’avaient-ils donc de plus ? »

Quelques jours plus tard, j’ai revu une bonne camarade de collège. Elle avait entendu que j’habitais à Tønsberg et elle m’a invité à venir à Brunstad, là où elle passait une année de volontariat avec 400 autres jeunes du monde entier. Il y avait là des jeunes qui rayonnaient de vraie bonté, de joie et de pureté quand ils étaient ensemble – et il y avait de quoi être saisi !

Il y avait là des jeunes qui rayonnaient de vraie bonté, de joie et de pureté quand ils étaient ensemble – et il y avait de quoi être saisi !

Je n’avais jamais rien vu de semblable ! Je ressentais de nouveau une immense aspiration dans mon cœur. Mais qu’est-ce que ces personnes avaient de plus ? Mon amie me le dit avec des mots tout simples : « Nous travaillons chaque jour pour devenir meilleurs. » Elle a poursuivi en parlant de combattre l’esprit du siècle au lieu de se laisser entraîner. C’est exactement ce dont j’avais besoin ! C’était ce que je voulais !

Au départ, j’étais un peu sceptique quant à l’idée d’appartenir à un groupe ou à une assemblée, alors pendant un an, j’ai lu la Bible toute seule et toute la littérature que j’arrivais à me procurer. Personne ne m’a forcée à venir aux réunions, mais j’étais tellement saisie et mon cœur brûlait tellement d’apprendre et d’entendre davantage que je sentais que je devais rester parmi des croyants. Alors j’ai fréquenté de plus en plus les personnes de Brunstad Christian Church que je connaissais, et je suis allée aux réunions. Sans savoir ce que me réservait l’avenir, je sentais une immense joie en moi ! C’est comme cela que je veux vivre – c’est ici qu’est ma place !

Mon aspiration a évolué car j’apprenais de plus en plus comment être affranchie de l’égoïsme, de l’ingratitude, de mes mauvaises pensées, de la jalousie, l’avarice – et comment avoir part à plus d’amour, de patience, de reconnaissance – à la nature de Dieu même ! Il ne m’est pas possible de changer le monde entier – mais je peux profiter de chaque jour pour travailler à mon salut et être transformée !
 

Il ne m’est pas possible de changer le monde entier – mais je peux profiter de chaque jour pour travailler à mon salut et être transformée !


Avec le temps, j’ai réalisé que cette vie est aussi un combat, et au commencement j’ai eu de nombreuses défaites. Les soirs, les vagues de chagrin et d’accusations qui m’envahissaient sans cesse voulaient me plonger dans les ténèbres et le désespoir. C’est en regardant les personnes qui m’entouraient et qui rayonnaient d’une vie en Dieu, que j’ai gardé l’espoir que cette vie victorieuse était aussi pour moi. Une vie au service de Dieu sur la terre – rien n’est plus grand que cela ! Et même si je me considérais comme totalement indigne de cette vie, j’aspirais profondément dans mon cœur à pouvoir un jour essuyer les larmes de tous ceux qui auront souffert à cause de la méchanceté et du péché d’autres personnes.

J’ai fait l’expérience que la Parole de Dieu est vraie !

Aujourd’hui, je vois qu’une grande grâce a reposé sur ma vie. Dieu a placé des personnes et des circonstances sur mon chemin pour que je parvienne à cette vie. Et mon développement futur dépend uniquement de ma propre fidélité à mettre en pratique les vérités que j’ai entendues. Il sait ce dont j’ai besoin et il me le donne.

 Je suis extrêmement reconnaissante pour toutes les paroles de foi qui m’ont fortifiée et qui m’ont fait avancer sur le chemin de la foi. Dans l’adversité comme dans l’abondance, dans la maladie et la santé, dans les moments difficiles et les moments d’extrême bénédiction, j’ai fait l’expérience que dans toutes ces choses, la Parole de Dieu est vraie ! – Une immense richesse en tout !

Moi qui étais désespérée à cause de la société, de notre époque et du monde, j’ai pu partager une communion dans la foi avec des amis du monde entier ! Dieu m’a richement bénie de toutes les manières.

Entre les mains du Seigneur, tout est comme il faut ! – Quand je crois à cela, je constate que toute agitation disparaît et qu’il est impossible de ne pas être heureux !