Le doute s’est attaqué à la mauvaise personne

Le doute s’est attaqué à la mauvaise personne

Ecrit par: Naomi van Oord | Publié: mercredi 16 septembre 2015

Malgré le fait qu’elle grandisse dans un foyer et vive une vie juste et honnête, Naomi est arrivée à un point où elle sentait que quelque chose n’allait pas, quelque chose lui manquait. Elle a réalisé qu’elle doutait de pouvoir devenir semblable à Christ, et que c’est ce doute qui la freinait.

Naomi:

J’étais assise à la réunion, des larmes aux yeux. Au pupitre, j’entendais un message puissant au sujet de la victoire sur le péché, au sujet d’une vie de transformation. (2 Corinthiens 5, 17) Jusque-là, ces messages m’encourageaient, mais depuis quelque temps, ils pesaient sur moi, j’avais l’impression que j’allais devoir rendre des comptes. Peut-être que le plus dur, c’était que j’avais le sentiment d’avoir vécu une bonne vie et de toujours avoir eu la foi. J’avais le sentiment de tout donner, mais je sentais clairement que quelque chose manquait. Je pensais que je ne parviendrais jamais à la même vie que celle de Jésus, que je ne pourrais pas être affranchie de ma nature humaine pour revêtir la nature divine, même si la Bible dit très clairement que cela est possible.

Mais pourtant, c’était ce que je voulais, et je croyais que c’était le plan de Dieu pour moi ! La seule chose que je souhaitais dans ma vie était de vivre une vie de disciple, de suivre les traces de Jésus, de vaincre dans toutes les tentations au péché. Cela me faisait tellement de peine de ne pas avoir la foi pour moi-même, et je savais que la vie passait sans que je n’en retire le juste profit. C’est devenu un stress pour moi.

Mettre un nom sur mon ennemi

Alors je n’ai pas abandonné. J’ai prié à Dieu qu’il me montre ce qui me manquait. Il m’a donné de la lumière et m’a montré que la raison pour laquelle les choses me semblaient lourdes était que je doutais du fait que Dieu pouvait faire un travail dans ma vie, là où j’étais, dans la vie quotidienne, avec la nature humaine que j’avais. Et c’est devenu clair pour moi que douter de Dieu revient en fait à pécher ! Le jour où j’ai pu mettre le nom de péché sur mon doute a été le jour où j’ai réalisé que je pouvais le vaincre, tout comme je pouvais vaincre les autres péchés. C’était tellement délivrant ! C’était comme si les lumières se rallumaient à nouveau.

Le jour où j’ai pu mettre le nom de péché sur mon doute a été le jour où j’ai réalisé que je pouvais le vaincre, tout comme je pouvais vaincre les autres péchés.

Pour commencer, je ne savais même pas comment faire face à la tentation au doute, même pas par où commencer ? Mais j’ai réalisé que s’affranchir du doute ne pouvait pas faire l’affaire d’une seule fois, il s’agissait d’un combat que je pouvais mener à chaque fois que j’étais tenté au doute. J’allais faire le choix chaque jour, de croire que je pouvais être transformée.

La réponse fut beaucoup plus simple que ce que je croyais au départ. Dieu n’a pas besoin de moi mais je dois décider et croire qu’Il peut faire son travail en moi. Il me demande de lui faire entièrement confiance et de croire qu’il me donnera toute la force dont j’ai besoin. Si je ne crois pas en cela, il ne peut pas travailler avec moi. « Or sans la foi il est impossible de lui être agréable (Dieu). » Hébreux 11, 6.

Mes sentiments n’ont pas leur mot à dire

J’ai donc arrêté d’avoir le „sentiment“ que je croyais. J’ai pris la décision que je croyais. Ma devise est « Prie, crois et remercie » Désormais, lorsque je me réveille le matin, je prie et je crois que Dieu a entendu ma prière, et je le remercie. Ensuite, je commence ma journée avec la foi que cela va être une journée de victoire sur le péché. La prière de mon cœur est « Je crois! viens au secours de mon incrédulité!» Marc 9, 24. Et Dieu m’a vraiment aidé ! Et c’est en me donnant la force pour vaincre lorsque je prie qu’il m’aide le plus à combattre ….

Dès que j’ai cru que je pouvais devenir semblable à Jésus, mes yeux se sont ouverts sur toutes les opportunités qui, en fin de compte se présentaient dans ma vie quotidienne.

Et dès le moment où j’ai décidé de croire, j’ai vu combien ma vie quotidienne changeait ! Là où avant je laissais les jours filer, ej’ai commencé à croire que je pouvais devenir semblable à Jésus, et mes yeux se sont ouverts sur toutes les opportunités qui en fin de compte se présentaient dans ma vie quotidienne.

C’est maintenant qu’il est temps

Le fardeau et le poids, l’incertitude et la complexité qui étaient auparavant dans ma vie n’ont plus d’emprise sur ma vie désormais. Et le résultat, c’est que je suis de plus en plus heureuse. C’est ainsi que je sais que c’est vrai. Quelque chose se passe en moi. En fait, c’est vraiment une vie simple. Tu n’as pas besoin de sentir quoi que ce soit, tu dois te mettre à l’action. Prends un instant après l’autre. Sois fidèle avec les petites choses que Dieu te donne dans les situations de la vie quotidienne. Sois entièrement disposé à faire tout ce que Dieu met sur ta route. La manière dont je réagirai un jour dans une grande épreuve sera étroitement liée à comment je réagis maintenant. Toute notre vie se résume à une accumulation de moments « présents ». Commence à croire maintenant. Commence à dire non au péché maintenant. N’attends pas.

En fait, c’est vraiment une vie simple. Tu n’as pas besoin de sentir quoi que ce soit, tu dois te mettre à l’action.

A chaque fois que je dis non au doute, une partie de ma tendance au doute qui est humaine et naturelle, est détruite. Et cette partie meurt une fois pour toutes. Je m’imagine que c’est une montagne et que je l’ébrèche petit à petit. Je ne vois pas les impacts que cela a, mais c’est justement là que la foi intervient. Je crois que si je continue ce travail, un jour cette montagne disparaitra. C’est juste une question de temps.

« Qui es-tu, grande montagne, devant Zorobabel ? Tu seras aplanie. » Zacharie 4, 7.

Une décision de tous les jours

Donc maintenant, tous les jours qui passent, je me décide de ne pas douter. Et même si je sens le doute, cela ne signifie pas que je doute. Cela signifie que je suis tenté au doute, mais je ne suis pas en accord avec cela. Je dis : « Non, je ne veux pas douter, je crois et je vais lutter de toute façon, quels que soient mes sentiments. » Ainsi je peux passer ma journée et je suis simplement obéissante à ce que Dieu me dit de faire. Je fais en sorte que ma vie soit en harmonie avec sa Parole.

Je vois donc devant moi un bel avenir. Tout ce qui vient est simplement une autre opportunité pour moi.

« Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus Christ. » Philippiens 1, 6.