Le meilleur de deux miracles

Le meilleur de deux miracles

Ecrit par: Michelle Dokken | Publié: mercredi 2 décembre 2015

Un jour, Michelle a expérimenté deux miracles. Et elle savait lequel avait le plus de valeur.

Après avoir passé une bonne soirée, j’étais en route pour rentrer à la maison avec une amie, et nous discutions tout en écoutant de la musique. J’ai mis mon clignotant gauche et je me suis déportée sur la voie gauche pour doubler un camion. J’avais effectué la moitié du dépassement lorsque tout à coup il a  mis son propre clignotant gauche et il a commencé à se déporter vers moi. A cette seconde même, je savais avec certitude : Il ne me voit pas, il va rentrer en collision avec ma voiture.

Je n’avais pas le temps de réfléchir, mais quelque chose m’a dit: Freine. Tourne à gauche. Il y avait une barrière de sécurité routière à notre gauche. Tout en me déviant, je pensais : On va faire un accident de toute façon, mais au moins le camion ne nous rentrera pas dedans. Et là, c’est incroyable, juste au moment où nous nous déviions, il y avait une voie qui reliait les deux côtés de l’autoroute. Nous l’avons prise directement, heurtant un poteau de démarcation qui a fissuré le pare-brise. J’ai réussi à freiner et à m’arrêter en sécurité. Le camion ne nous a jamais vues, il a fini de se déporter et a continué sa route. Nous nous sommes regardées avec mon amie, silencieuses. Seul le pare-brise était abîmé.

Le premier miracle

Je voulais accepter la situation avec une reconnaissance spontanée, plutôt que de me demander comment cela était possible.

Alors que nous reprenions la route, le choc est venu lorsque nous avons réalisé que c’était un miracle que nous ayons survécu. La voie est apparue de nulle part lorsque j’ai dévié, il n’y avait aucune voiture derrière moi lorsque j’ai freiné, et le poteau n’a que légèrement fissuré le pare-brise. La situation était totalement hors de contrôle, ce n’était pas grâce à une réflexion intelligente ou rapide que nous avions pu éviter un accident. Mon amie et moi savions toutes deux que Jésus, qui est auprès de nous dans toutes les situations, avait été présent à ce moment.

Il est difficile de croire en quelque chose que nous ne pouvons pas expliquer. Un miracle attribue le crédit à quelqu’un d’autre même si on ne peut pas le prouver ou expliquer comment et pourquoi. Je voulais accepter la situation avec une reconnaissance spontanée, plutôt que de me demander comment cela était possible. Dieu avait un plan pour ma vie, il n’était pas encore temps pour moi de mourir.

Puis les détails pratiques ont commencé à occuper mon esprit. Combien est-ce que les dégâts vont me coûter ? Est-ce que l’assurance va couvrir les réparations ? Que dira la police ? J’ai commencé à stresser et cela m’embêtait car je savais à quel point il était invraisemblable de se sortir d’une situation aussi dangereuse sans aucune blessure. Je voulais vraiment me montrer reconnaissante mais je ne parvenais pas à me libérer de ces pensées d’inquiétude.

Un miracle encore plus important

J’ai été frappée lorsque je compris que Dieu m’avait révélé un miracle afin que je puisse en reconnaître un second, encore plus important. Je venais d’être sauvée de blessures sérieuses, peut-être même de la mort et j’étais déjà tentée à douter que Jésus prendrait soin de moi. Pourtant, je vis selon ma foi chrétienne, je crois que Jésus a aussi lutté et qu’il a eu la victoire sur ses propres tentations, il a rendu ces choses possibles pour moi. La raison pour laquelle je suis en vie, c’est que je suis appelée à parvenir à ce but.

Jésus est prêt à aider tous ceux qui le lui demandent.

Il est parfois difficile de considérer le doute et l’anxiété comme une tentation ou du péché. Presque tout le monde sur la terre s’inquiète pour quelque chose. Pour les êtres humains, il est naturel d’avoir de tels sentiments. Plus je suis anxieux, plus ce sentiment a du pouvoir sur moi. Comment puis-je changer ? Il y a un verset qui dit : « Parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c'est notre foi. » 1 Jean 5, 4. Je devais vaincre mes pensées de doute et d’anxiété avec la foi que Jésus continuerait à me guider dans toutes mes situations.

Je sais que le seul moyen de vaincre ces pensées est de prier pour recevoir de l’aide et de la paix dans toutes les situations, et d’engager un combat contre l’anxiété et les autres tentations. Jésus est prêt à aider tous ceux qui le lui demandent. Cela n’a pas forcément l’air impressionnant, jusqu’au moment où on expérimente le soulagement et le réconfort que cela apporte de ne pas être obligé de porter de lourds fardeaux. Etre obéissant dans la foi en la Parole de Dieu peut faire de moi une nouvelle personne. C’est un vrai miracle !

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. » Hébreux 11, 1.

Je ne peux pas prouver ou voir mes deux miracles, mais ma foi renouvelée en la Parole de Dieu et la force qu’elle me donne pour vaincre le doute et l’anxiété dans cette situation sont une évidence qui suffit à montrer qu’ils ont eu lieu l’un et l’autre.