Pourquoi j'ai décidé d'être un disciple

Pourquoi j'ai décidé d'être un disciple

Ecrit par: C. Turner | Publié: jeudi 10 décembre 2015

Un disciple est quelqu'un qui, dans toutes les situations de la vie, choisit toujours de faire la volonté de Dieu, et non sa propre volonté. (Luc 25, 33)

Jésus a dit : « … que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne. » Luc 22, 42. Vas-tu choisir une telle vie ? Toi seul peux répondre, mais voici la raison pour laquelle moi, j'ai choisi cela. Voici pourquoi j'ai fait le choix d'être un disciple.

La première étape

Lorsque j'étais jeune, je suis parti en excursion un week-end avec les jeunes garçons de mon assemblée. Après avoir joué au foot et fait un feu de camp, nous nous sommes retrouvés le soir pour écouter des récits de la Bible.

Le samedi soir, nous nous sommes assis en cercle et nous avons écouté un de nos responsables nous parler du fait de vivre pour Jésus. Après cela, il nous a demandé si l'un de nous voulait dire quelque chose. Un de mes amis, un peu plus âgé que moi, s'est levé immédiatement, mais au lieu de dire quelque chose, il a demandé qu’on prie pour lui.

Je ne dirai pas que j'étais un disciple, mais j'avais posé la première pierre dans le fondement de ma vie chrétienne.

Après lui, plusieurs on fait la même chose, et l'un après l'autre ils ont demandé à ce que l'on prie pour eux, et cela a été fait. La soirée s'est rapidement transformée en réunion de prières.

Je ne comprenais pas entièrement ce qui se passait, mais je sentais que c'était une opportunité unique que je ne voulais pas manquer. J'ai demandé à un des responsables de prier avec moi : « Aide-moi à vivre pour Jésus, je ne comprends pas tout maintenant, mais aide-moi à le faire lorsque j'aurai compris de quoi il s'agit ! ». Je ne dirai pas que j'étais un disciple, mais j'avais posé la première pierre dans le fondement de ma vie chrétienne. Comme cette première pierre, ma décision était ferme et elle n’a jamais changé, elle aura un jour une importance éternelle.

Mais j'ai grandi...

Lorsque j'étais adolescent, je me suis rendu compte que je n'étais pas vraiment une « bonne personne » comme je le pensais. Je m'énervais facilement, j'étais très arrogant et je commençais à jouer les durs.

Je pensais que mes péchés étaient pardonnés, mais en tant qu’adolescent je me surprenais à faire des choses qui étaient déplaisantes pour ceux qui m'entouraient, et j'étais tourmenté par des pensées impures dont j'avais très honte. Cela me mettait en colère. Je ne voulais pas pécher, mais j'avais l'impression que je ne pouvais pas m'en empêcher. Je sentais comme une rancune personnelle envers Satan parce que je faisais et pensais des choses que je finissais par regretter. Je me suis alors décidé, quoi qu’il arrive, à ne jamais faire délibérément des choses mauvaises ou à ne jamais laisser mes pensées dériver dans une mauvaise direction. C'était ma manière de me venger contre Satan.

Je me suis alors décidé, quoi qu’il arrive, à ne jamais faire délibérément des choses mauvaises ou à ne jamais laisser mes pensées dériver dans une mauvaise direction.

Je me souviens très clairement que cette décision a amené un sentiment de paix formidable et inattendu. Je voyais encore que j'avais fait des choses que je regrettais après coup, mais je ne pensais pas que j'étais condamné ou que cela me séparait de Dieu. Je ne sentais que de la tristesse par rapport à ces choses, et cela ne m'a que rapproché de Dieu. (2 Corinthiens 7, 11). Je crois que je me suis heurté à un des plus grands mystères de l'évangile ; « Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi », Romains 7, 20. Je voulais expérimenter autre chose que « le péché qui habite en moi ».

J'ai prié avec ferveur pour devenir libre du péché que je voyais en moi-même. Je me sentais particulièrement lié par des pensées impures, en partie parce que la différence entre la tentation et le péché n’était pas très claire pour moi. Mais progressivement, j'ai saisi la foi qu'il était possible pour moi d'avoir la victoire sur le péché qui habitait dans ma chair.

Une grande décision

Lorsque j'avais environ quinze ans, je suis allé à une conférence chrétienne de jeunes dans le Somerset, en Angleterre. Je savais déjà un peu ce que cela signifiait d'avoir la victoire sur le péché, mais j'avais soif de plus. Alors que j'assistais à cette conférence, j'ai reçu la foi que je pouvais avoir la victoire complète sur le péché dans ma vie si j'étais obéissant à l'Esprit. Cela ne voulait pas dire que j'obtiendrais la victoire sur tout le péché en une seule fois, mais progressivement, lorsque les tentations arrivent et me révèlent du péché. Je pouvais avoir la victoire sur le péché dont j'étais conscient, et sur le péché dont je n'étais pas encore conscient, mais que Jésus allait me révéler au moment nécessaire si je suivais simplement ses traces. J'ai reçu la foi que si je me donnais complètement à Dieu dans toutes les circonstances pour faire sa volonté, je parviendrais à une vie de victoire sur toutes les tentations. (2 Corinthiens 2, 14)

« ...ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ». Si je choisis de faire la volonté de Dieu au lieu de ma propre volonté lorsque les tentations surviennent, est-ce que cela n’est pas vrai ? Ce n'est plus « moi » (ma propre volonté) qui vit.

Jésus a dit : « Si quelqu'un veut venir après moi, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge chaque jour de sa croix, et qu'il me suive. » Luc 9, 23. Cette « croix quotidienne » est le lieu où je peux renoncer à toutes les convoitises pécheresses et où je peux les « mettre à mort » avant que je ne commette le péché. Paul a expliqué cela par le fait que « ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs », Galates 5, 24.

Le verset qui m'est resté à l'esprit après ce week-end était : « J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi », Galates 2, 20.

« J'ai été crucifié avec Christ... ». Par la foi, je suis mort avec Jésus. Je ne suis pas mort physiquement mais je suis mort au péché.

« ...ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi ». Si je choisis de faire la volonté de Dieu au lieu de ma propre volonté lorsque les tentations surviennent, est-ce que ce n’est pas vrai ? Ce n'est plus « moi » (ma propre volonté) qui vit, mais c'est réellement Christ qui vit en moi. Mes tendances naturelles pécheresses n'ont pas de place pour croître et se développer. J'ai choisi de faire la volonté de Dieu et je suis mort au péché. C'était le témoignage de Paul, et cela allait devenir mon témoignage également.

Pourquoi je suis un disciple

Je n'avais pas l'impression que j'avais envie de pécher mais il fallait que je renonce à cela si je voulais être un disciple. Non, je suis devenu un disciple parce que j'avais le désir fervent d'être libre du péché ! J'ai réalisé que mon « libre-arbitre », mes envies, mes convoitises et mes désirs étaient corrompus et que si je leur cédais, ce serait une perte éternelle pour moi et pour ceux qui m'entouraient. C'est pourquoi tous les jours, dans toutes les situations de la vie où je vois se manifester ma propre volonté égoïste, je décide de faire la volonté de Dieu à la place.

... j'ai vu une glorieuse occasion de pouvoir être libéré du péché pendant ma vie, et je l'ai saisie des deux mains.

Il y a beaucoup de choses qui me réjouissent, comme la vie éternelle, le fait de connaître Jésus, et la communion avec tous les saints. Mais pour moi, la raison pour laquelle j'étais prêt à renoncer entièrement et complètement à ma propre volonté était que j'ai vu une glorieuse occasion de pouvoir être libéré du péché pendant ma vie, et je l'ai saisie des deux mains.