Pourquoi je peux être reconnaissant dans les mauvais jours également

Pourquoi je peux être reconnaissant dans les mauvais jours également

Ecrit par: Emily Weston | Emplacement: Syracuse, NY, USA | Publié: mercredi 20 avril 2016

Emily a été plus d’une fois tentée à avoir des pensées accablantes, tout comme nous tous : des pensées d’apitoiement sur soi, de mécontentement vis-à-vis de ses circonstances. Mais elle a aussi trouvé que Dieu et sa Parole pouvaient sont vrais pour sa vie. Lis son témoignage ici.

Dieu m’a donné tellement de choses. J’ai un bon travail, ma propre maison et des colocataires formidables. J’ai tellement de choses pour lesquelles je peux être reconnaissante.

Tentée à l’inquiétude

Mais je vis dans une région où les hivers sont longs, froids et sombres.

Parfois, la neige me pèse. A cela s’ajoutent les frais de chauffage, des journées difficiles au travail et toutes sortes de problèmes. C’est incroyable combien de choses devraient être différentes selon moi : le temps devrait être plus chaud, j’aurais dû obtenir une promotion au travail et pourquoi suis-je encore célibataire ? Il est facile d’être accablé, morose et malheureux.

Lorsque je recherche premièrement Dieu, il fera en sorte que j’aie ce dont j’ai besoin pour ma vie et mon salut.

Mais il y a de bonnes nouvelles! Lorsque j’ai des pensées accablantes sur ma vie et lorsque l’hiver semble être interminable ou que je pense que la vie devrait être différente de ce qu’elle est, je n’ai pas besoin d’écouter ces pensées. Premièrement, je suis un disciple. J’ai donné ma vie à Dieu, toute ma vie. Et qu’est-ce que je reçois en retour ? Tout. Je n’ai pas besoin de m’inquiéter. Jésus nous a dit : « Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » Matthieu 11, 30. Un peu avant, il dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » Matthieu 6, 33. Lorsque je recherche premièrement Dieu, il fera en sorte que j’aie ce dont j’ai besoin pour ma vie et mon salut.

Bien sûr ce n’est pas une manière de penser qui est naturelle. Il est naturel de se plaindre, de penser que Dieu s’est peut-être trompé, que ma vie devrait avoir quelque chose de plus. Je dois lutter contre ce que mon corps et mon âme veulent faire et parfois c’est vraiment difficile. Je dois prier sans cesse, « Dieu, aide-moi à être fidèle ! Aide-moi à être reconnaissant pour tout ! » Je dois avancer dans la foi et simplement obéir aux commandements de Dieu, et « ne m’inquiéter de rien ! » (Philippiens 4, 6) Si je crois que Dieu agira dans mon intérêt dans les bons jours, n’est-ce pas tout aussi vrai dans les mauvais jours ?

Dieu sait de quoi j’ai besoin

Je n’ai jamais besoin de céder à ces sentiments sombres de dépression, d’apitoiement sur soi, de tristesse passagère. Tellement d’hommes sont tourmentés par ces choses, mais moi je n’ai pas besoin de l’être. Pourquoi ? Parce que j’ai une vocation céleste. Je crois que ma vie ne prendra pas fin lorsque je mourrai mais que je vivrai ensuite au ciel. Je crois que la vie ici-bas est un entraînement pour l’éternité, qu’à travers le renoncement à ma nature pècheresse, en la crucifiant comme Jésus le fit dans sa vie quotidienne (la croix quotidienne), je me prépare au ciel. Chaque fois qu’avec l’aide et la force du Saint-Esprit je dis non à ces sentiments d’inquiétude et d’agitation, je parviens pas à pas à m’en débarrasser. Et ce que j’ai trouvé, c’est une vraie et profonde reconnaissance dans mon cœur pour tout.

Chaque fois, qu’avec l’aide et la force du Saint-Esprit je dis non à ces sentiments d’inquiétude et d’agitation, je parviens pas à pas à m’en débarrasser.

Cela peut sembler étrange mais les circonstances que j’ai traversées qui semblaient lourdes et injustes m’ont amené à remercier Dieu car je peux voir qu’elles concourent vraiment à mon bien.

Dieu sait de quoi j’ai besoin. Je peux en témoigner : si tu donnes tout à Dieu, il te donnera tout. Cela ne sera pas tout ce que tu veux mais tout ce dont tu as besoin. Cette vie que je vis en tant que disciple me rend plus heureuse que je ne peux l’exprimer avec des mots. C’est une joie réelle et vraie. Je suis une personne réelle et ceci est mon témoignage.