Etre une bénédiction

Etre une bénédiction

Ecrit par: Kathryn Albig with Deborah Falcao | Publié: mercredi 13 mai 2015

Deborah Falcao désire consacrer sa vie à servir Dieu. De cette manière, elle peut devenir une bénédiction pour ceux qu’elles rencontrent dans la vie. Elle désire faire tout ce qu’elle peut pour leur rendre la vie meilleure, de sorte que Dieu puisse être honoré par sa vie.

En Luc 6, 38, il est écrit « Donnez, et il vous sera donné. » Ce verset ainsi qu’une autre citation ont longtemps été accrochés dans la chambre de Deborah. L’auteur de cette citation était Elias Aslaksen, un des frères de BCC : « Donne ta vie, tu trouveras ta vie ; donne peu, tu recevras peu ; donne beaucoup, tu recevras beaucoup ; donne tout et tu recevras tout. »

« Jésus dit que nous devons être le serviteur de tous », dit Deborah. (Matthieu 9, 35) « Si je veux devenir comme Jésus, il faut que je le suive dans ses traces et que je devienne un serviteur. C’est tout le désir de mon cœur d’être une bénédiction partout où je vais ; de donner ma vie pour aider les autres. »

Si je veux devenir comme Jésus, il faut que je le suive dans ses traces et que je devienne un serviteur.

Les strophes de ce cantique l’ont particulièrement encouragée :

« Guide, ô Jésus, mes pas dans la vie,
Pour que je serve et me sacrifie.
Tous, oui tous, nous avons de quoi donner ;
Un verre d’eau sera récompensé.

Tous nous pouvons aider, prêter main forte
Là où sont malheurs de toute sorte.
Il faut toujours demeurer dans l’Esprit
Pour suivre les traces de Jésus-Christ. »

(Cantique n°162 dans le recueil de cantiques « Les Voies du Seigneur »)

Comment puis-je bénir ?

Deborah a compris que si elle voulait bénir les autres et leur rendre la vie meilleure, elle avait d’abord besoin d’avoir une relation avec Jésus, et de suivre ses traces.

« Ainsi, je peux obtenir un contenu et de quoi bénir les autres », dit-elle. « Mais il faut d’abord que j’en aie fini avec ma propre volonté et que je cherche la volonté de Dieu à la place. Je sais que ce n’est pas quelque chose que je peux faire par moi-même, mais Dieu veut me fortifier et me donner la force dont j’ai besoin. Si je m’applique à établir une relation avec Dieu, son Saint-Esprit peut me montrer de quelle manière je peux bénir les autres. »

Si je vis une vie avec Dieu, il peut alors me guider. Il peut me montrer la meilleure manière de venir en aide aux autres.

« Je n’ai pas forcément besoin de prodiguer plein de paroles de sagesse à ceux qui m’entourent, mais je peux être un encouragement à travers mes actions ; grâce à ce que je fais. C’est souvent ce dont les gens ont le plus besoin. Il se peut que je voie quelqu’un assis tout seul, un peu découragé. Je peux le prendre dans mes bras ou lui offrir un sourire, ou simplement lui donner quelques paroles d’encouragement. Je peux tout simplement obéir à ce que Dieu me met à cœur de faire. Je ne peux pas me contenter de m’en aller quand je vois quelqu’un qui est abattu ou découragé. Je sais moi-même ce que c’est de passer par des périodes difficiles. Si je vis une vie avec Dieu, il peut alors me guider. Il peut me montrer la meilleure manière de venir en aide aux autres. »

« Parfois, une personne me vient à l’esprit, et je sens qu’il faut que je prie pour elle. Si Dieu me met des personnes à cœur, c’est certainement pour une raison, et je peux alors me ‘tenir à la brèche’ en leur faveur. (Ezéchiel 22, 30) Je peux aussi être une bénédiction de cette manière, même si ces personnes ne sauront peut-être jamais que je prie pour elles. Si je vois un besoin, il faut que je sois fidèle pour devenir un « serviteur de tous ».

Me voici pour faire la volonté de Dieu

Deborah désire être un instrument utile entre les mains de Dieu. Elle croit fermement que Dieu dirige et utilise ceux qui lui sont obéissants. L’obéissance aux injonctions de Dieu mène aux fruits de l’Esprit : l’amour, la bienveillance, la douceur, etc. (Galates 5, 22-23) Les gens ont besoin de personnes qui font preuve de bonté à leur égard et qui leur manifestent de l’amour et de la patience.

« Si tu as quelque chose, tu peux donner quelque chose », nous dit Deborah. « Tu ne peux pas donner quelque chose aux autres si tu n’as rien. »

L’obéissance aux injonctions de Dieu mène aux fruits de l’Esprit : l’amour, la bienveillance, la douceur, etc.

« Je suis très reconnaissante pour l’Evangile, et parce que la Bible devient de plus en plus vivante à mesure que je la lis. L’esprit de Dieu me montre ce que je dois purifier en moi-même – mon orgueil, mes plaintes, etc. Une fois que j’ai purifié ces choses et que j’ai abandonné ma volonté à Dieu, c’est là que j’expérimente la liberté. Je suis libre de servir. Libre de dire ‘Me voici, ô Dieu, pour faire ta volonté,’ et d’être prête à accomplir tout ce que Dieu me met à cœur de faire. »