Il est possible de vivre une vie pure

Ecrit par: Bessie Wong | Publié: vendredi 28 février 2014

« Le plus grand encouragement que je peux donner est la preuve que cette vie est réelle. Il est possible de vivre une vie de victoire complète sur le péché, une vie de vainqueur. » Les expériences que Matthieu Ibrahim a faites personnellement ont prouvé quelque chose que beaucoup de personnes de son entourage ne pensaient pas possible. Et le mieux, dans tout cela, c’est qu’il n’est pas seul.

Le Matthieu que je connais est calme, intelligent et il a de l’humour. Il n’est pas difficile de sentir la chaleur qui se dégage de lui, même s’il se contente de sourire et de saluer avec son accent australien : « Comment vas-tu ? » Nous avons fait connaissance il y a quelques années alors que je vivais à Melbourne pour un temps et que je fréquentais la même assemblée locale. D’autres personnes de cette assemblée m’ont raconté la manière dont il est apparu un jour dans la salle de réunion, de manière assez inattendue, alors qu’il n’avait que 19 ans. Je me demandais pourquoi Matthieu était venu et également pourquoi il était resté. Cette année, nous nous sommes à nouveau rencontrés lors d’une conférence internationale en Norvège et j’ai finalement eu l’occasion d’entendre son histoire lors d’un moment de détente.

Un jour terriblement décevant

Le désir de Matthieu d’obtenir une vie plus profonde en Christ est en fait né lorsqu’il était très jeune.

« Alors que j’avais six ou sept ans, j’ai demandé à ma mère : après avoir prié que Jésus vienne dans ton cœur, n’y-a-t-il rien d’autre à faire pour aller au ciel ?» Elle a répondu : « Non, c’est tout ce que tu as à faire. »

C’était ce qui était enseigné dans l’assemblée qu’ils fréquentaient, où le pardon des péchés était le principal sujet. « Je me souviens de m’être senti assez soulagé, car je n’étais pas un enfant particulièrement obéissant. » Cependant, Matthieu pensait également que les choses pourraient changer un jour.

La doctrine « une fois sauvé, toujours sauvé » faisait qu’il était presque inutile de se préoccuper du péché.

Lorsque Matthieu fut baptisé à l’âge de douze ou treize ans, il pensait que le jour de transformation était arrivé. Il se réjouissait de pouvoir commencer une nouvelle vie, la vie de Jésus, au travers du baptême, exactement comme on lui avait dit. Pour lui, c’était comme revêtir un nouveau manteau qui disait  « Je ne vis plus pour moi mais pour Christ. » Cependant, lorsqu’il s’est réveillé le jour d’après, il peut clairement se souvenir à quel point il s’est senti découragé lorsqu’il n’a rien trouvé d’autre que lui-même. « Je n’ai jamais été aussi amèrement déçu dans ma vie. J’ai été découragé de voir que j’étais toujours lié à la nature pécheresse dont j’avais hérité. »

Dans son église, Matthieu entendait la doctrine « une fois sauvé, toujours sauvé » qui était annoncée, qui faisait qu’il était presque inutile de se préoccuper du péché.  Mais il a fini par réaliser que la Bible avait un message différent : « Il y a tellement de paroles dans la Bible concernant le fait de mener un combat afin d’entrer dans le royaume des Cieux. »

Matthieu était saisi par ces versets de 2 Timothée 2, 21 : « Si donc quelqu'un se conserve pur, en s'abstenant de ces choses, il sera un vase d'honneur, sanctifié, utile à son maître, propre à toute bonne œuvre. »

Persévérer dans la tentation

« Il est très caractéristique que de nombreuses tentations à avoir des pensées impures se bousculent dans l’esprit d’un jeune homme. » A l’âge de 15 ans, le fait de vivre une vie pure est devenu de plus en plus important pour lui. « Je criais à Dieu qu’il m’aide ! »

Matthieu s’est converti de manière puissante, et il a passé de nombreuses heures à lire la parole de Dieu et à prier lorsqu’il était seul. La Parole et la prière sont devenues des armes spirituelles puissantes pour lui. Il a reçu la révélation qu’il pouvait résister à ces pensées impures dès qu’elles se manifestaient, sans attendre qu’elles soient fortes. Même si Matthieu n’avait pas réalisé cela à l’époque, il avait commencé à suivre l’exemple de Jésus qui consiste à se charger de sa croix dans la vie quotidienne. Tout comme Jésus, il recherchait l’aide de Dieu au moment de la tentation, et Dieu entend les prières d’une âme juste. Matthieu a commencé à comprendre qu’il n’était pas obligé de céder aux tentations. « C’est devenu clair pour moi que nous devons persévérer dans la tentation. »

La prière a donné de la force à Matthieu et il a fait un choix : celui de haïr ses convoitises et de les rejeter, ce qui signifie métaphoriquement de les crucifier sur la croix. Pour la première fois, il a senti qu’il avait la victoire !

« J’ai senti une joie débordante ! » Si l’on compare avec le sentiment qu’il a eu après son baptême, on peut dire que cette expérience était très différente : « C’était une confirmation profonde de l’Esprit que c’était la vie que je devais vivre. »

Tout comme Jésus, il recherchait l’aide de Dieu au moment de la tentation, et Dieu entend les prières d’une âme juste.

La preuve devant mes yeux

Sur le chemin de la victoire sur le péché, les ennemis sont puissants et il n’y avait personne pour montrer à Matthieu la voie sur laquelle Jésus avait marché. « Il n’a pas fallu longtemps avant que je ne tombe à nouveau. »

Mais alors qu’il continuait à chercher, Matthieu a été guidé vers une assemblée qui croit en la victoire sur le péché. Avec un ami, il s’est rendu au lieu où se rassemblait l’assemblée chrétienne de Brunstad à Melbourne. Là, il a entendu parler du chemin de la croix, le chemin sur lequel un disciple doit marcher après avoir reçu le pardon des péchés. « Ce que j’avais cru auparavant fut confirmé, il était possible pour moi de vivre une vie de victoire quotidienne et constante, que ce soit dans mes pensées ou dans mes actions. » Il a également eu vu de ses propres yeux comment les promesses de Dieu se réalisaient de façon vivante ! J’étais très impressionné de voir que ces personnes comprenaient la parole de Dieu et la mettaient en pratique dans leur vie. »

Lors des réunions, Matthieu entendait le témoignage d’hommes et de femmes qui parlaient de leur foi et de leurs combats. En les écoutant, l’Esprit a également commencé à travailler en lui. « Ce dont les autres parlaient s’appliquait également à moi et à ma vie. L’Esprit a commencé à révéler des choses dans ma propre vie dont je devais me séparer, que je devais changer.

La communion

« Le fait de voir les autres travailler dans leurs propres combats personnels et dans les situations de la vie est une source de réelle force pour moi, et le fait d’entendre leur désir de vivre une nouvelle vie que nous pouvons obtenir par l’Evangile réveille une aspiration en moi à faire de même. C’est un rappel constant qu’il est vraiment possible de vivre une vie de victoire sur le péché !

« Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion. » Matthieu cite 1 Jean 1, 7 tandis qu’il partage ses expériences avec moi. « Cette communion n’est pas due au fait que nous sommes attachés à la même doctrine ou que nous croyons aux mêmes écrits, mais parce qu’une fois que nous avons vécu la même vie et eu la victoire dans les mêmes domaines, nous avons un lien spirituel puissant et profond qui, en réalité, ne peut pas être décrit avec des mots.»

Une fois que nous avons vécu la même vie et eu la victoire dans les mêmes domaines, nous avons un lien spirituel puissant et profond qui, en réalité, ne peut pas être décrit avec des mots.»

Avec beaucoup d’hommes et de femmes fidèles sur chaque continent de la terre, une fraternité est formée, une fraternité qui ne s’arrête pas aux frontières des pays, aux cultures, à l’âge et à l’origine sociale des personnes.

« Je crois que c’est quelque chose qui ne pourrait pas exister sans le message de la croix et une vie de victoire. » Matthieu sourit, comme quelqu’un qui a fait une grande découverte.

Désormais, il aimerait partager cela avec tous ceux qui ont le désir de vivre cette vie.

La plus grande chose que je peux donner

La plus grande chose que je peux donner est la preuve que cette vie est réelle, qu’il est possible de vivre une vie de victoire complète sur le péché, une vie de vainqueur ! Nous avons l’assemblée qui est pleine d’exemples et de témoignages de vie en accord avec la vie que Jésus a rendue possible pour nous, la route nouvelle et vivante. Et le pardon des péchés n’est que l’entrée qui donne accès à ce magnifique et long chemin dans la foi sur lequel nous pouvons marcher ici sur terre.