L'amour sans égoïsme

L'amour sans égoïsme

Ecrit par: Laura Kloosterman | Publié: samedi 26 novembre 2011

Linda et Vern ne pouvaient pas avoir d’enfants, mais ils avaient le sentiment qu’il manquait quelque chose dans leurs vies. Dans la situation dans laquelle ils étaient, ils se sont tournés vers Dieu. Dieu leur a répondu, mais pas de la façon qu’ils attendaient.

« Quand nous étions jeunes, toutes nos pensées et toute notre énergie étaient tournées vers nos carrières respectives. Mais lorsque nous avons atteint à peu près trente-cinq ans, la réalité nous a rattrapés. Nous ne pouvions pas avoir d’enfants et nous avions le sentiment qu’il nous manquait quelque chose. » 

Le paysage est magnifique. Je m’engage sur une longue route sinueuse qui m’amène à une belle et grande maison.

Je frappe à la porte et c’est Linda qui vient m’ouvrir. C’est une femme d’une quarantaine d’années avec un visage avenant. Elle vient juste de rentrer d’une journée de travail éprouvante, mais, malgré la fatigue, elle m’invite à entrer. Par chance, son mari Vern est aussi à la maison. Ils ont eu une longue journée de travail tous les deux mais ils m’assurent que je peux rester un moment.

« Nous avons prié et crié à Dieu dans notre détresse –  nous avions besoin de plus de sagesse et de patience. » 

Je m’installe dans le bureau et je les attends. Je me demande pourquoi ils habitent dans une si grande maison alors qu’ils ne sont que deux. Tout en attendant, j’en profite pour regarder un peu autour de moi et j’aperçois des photos partout sur les murs. Pas des tableaux, mais des photographies de personnes. Spécialement des jeunes. Pourquoi des jeunes ? Je ne vais pas tarder à avoir la réponse.

Vern et Linda ont connus Brunstad Christian Church en 1993. Linda se souvient : « Quand nous étions jeunes, toutes nos pensées et toute notre énergie étaient tournées vers nos carrières respectives. Mais lorsque nous avons atteint à peu près trente-cinq ans, la réalité nous a rattrapés. Nous ne pouvions pas avoir d’enfants et nous avions le sentiment qu’il nous manquait quelque chose. »
Vern et Linda se sont alors tournés vers Dieu et peu de temps après, ils ont fait connaissance avec l’assemblée. Dieu avait répondu à leurs prières, mais d’une autre façon que ce qu’ils avaient pensé.

Vern poursuit : « Même si théoriquement nous avions dépassé l’âge de ceux qui font partie du groupe de jeunes, Dieu dans sa bonté nous a donné un ‘temps de jeunesse’ dans l’assemblée ; cela a été le fondement de notre développement futur. » Le vide qu’ils ressentaient auparavant était maintenant comblé, pas seulement par des expériences enrichissantes, mais aussi par une aide en rapport avec les choses fondamentales de la vie chrétienne et par la possibilité d’être entièrement affranchis de l’amour de soi et de l’égoïsme – et de laisser Dieu les guider.

A cette époque, ils habitaient à Syracuse, dans l’état de New York, aux États- Unis. Vern nous confie qu’ils avaient le sentiment de ne pas avoir grand-chose à donner, mais ils ont vus des besoins parmi les enfants et les jeunes. Ils ont remarqué que ces jeunes cœurs sensibles étaient très vulnérables à des influences néfastes à l’école et au travail. Nombres de ces jeunes avaient fait de mauvais choix et cela les attristait. Vern savait que les jeunes ont besoin d’occupations. « Nous avons prié et crié à Dieu dans notre détresse – nous avions besoin de plus de sagesse et de patience. »

Vern et Linda ont beaucoup travaillé pour organiser des activités, des sorties et des excursions. « Nous avons eu beaucoup de bon temps ensemble. Les jeunes sont tellement pleins de vie ! », nous confie Vern avec de la chaleur et de l’enthousiasme dans la voix.

« Au beau milieu de tout ce qui se passe, ces jeunes ont besoin d’un fondement spirituel dans la vie,  par la Parole de Dieu »

Le couple ne s’est pas contenté de sauver les jeunes des mauvaises influences. Ils ont considéré aussi qu’il était important de leur donner quelque chose qui venait de Dieu. Ils savaient qu’ils étaient eux-mêmes dans un processus de transformation, grâce à la parole de Dieu, et en suivant l’exemple que Jésus nous a laissé lorsqu’il vivait sur la terre dans les mêmes conditions que nous.

« Au beau milieu de tout ce qui se passe, ces jeunes ont besoin d’un fondement spirituel dans la vie, par la Parole de Dieu », souligne Vern. Lorsqu’ils sont au contact avec des jeunes, des occasions en or leur sont données pour semer la Parole de Dieu, pour les amener à comprendre ce qu’est la volonté de Dieu et l’aide qu’elle peut être lorsqu’ils rencontrent des situations difficiles dans la vie quotidienne.

« Plus nous aimons ces jeunes, plus nous sommes aimés. Tout ce qui arrive concourt à notre bien. Nous ne manquons de rien. »

La sonnette retentit et quelques jeunes entrent. Ils se sentent comme chez eux dans la pièce à côté. Certains commencent une partie de billards, tandis qu’un autre s’installe au piano. C’est alors que je comprends : si cette maison est si grande, c’est qu’elle n’est pas uniquement destinée à Linda et Vern, elle est conçue pour accueillir tous les invités qui ne cessent d’arriver. Il est évident que ce couple vit pour être en bénédiction pour la jeunesse.

Je comprends que l’interview touche à sa fin. Ils doivent s’occuper de leurs nombreux invités. Au moment de nous quitter, Linda regarde Vern et dit : « Plus nous aimons ces jeunes, plus nous sommes aimés. Tout ce qui arrive concourt à notre bien. Nous ne manquons de rien. »

Elle sourit et se retourne en disant : « Dieu est bon ! »