Une foi vivante

Une foi vivante

Ecrit par: Kåre J.Smith | Emplacement: Oslo/Follo, Norvège | Publié: jeudi 21 février 2013

Beaucoup de gens n'arrivent pas à s'affranchir du passé. Pourtant quand on a une foi vivante en Dieu, il est possible de ne plus se laisser tourmenter par les choses anciennes

« Ne pensez plus aux événements passés, et ne considérez plus ce qui est ancien. Voici, je vais faire une chose nouvelle sur le point d’arriver : ne la connaîtrez-vous pas ? Je mettrai un chemin dans le désert, et des fleuves dans la solitude. » És. 43, 18-19 ».

C’est magnifique de regarder vers l’avenir. Une fois que nous avons mis notre vie en ordre vis-à-vis de Dieu, et aussi vis-à-vis des hommes, quand c’est nécessaire, nous ne devons pas nous laisser tourmenter par le passé. Nous ne devons plus considérer ce qui est ancien ou les événements passés. « Voici, je vais faire une chose nouvelle ! » dit la Parole.

Beaucoup de gens n’arrivent jamais à s’affranchir du passé. Pourtant, le châtiment est tombé sur Lui, pour nous donner la paix. Si on est tourmenté et découragé – sans cesse découragé, abattu, déprimé, etc. – cela vient simplement du fait qu’on n’a pas une foi vivante dans le pardon des péchés. Comment peut-on être découragé si on croit qu’autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions ? As-tu une foi vivante en cela ? Dans ce cas, tu en as fini avec le découragement. Loué soit Dieu ! As-tu une foi vivante dans le fait qu’il a jeté nos péchés dans la mer de l’oubli, pour ne plus jamais les voir ? Réfléchis à cela, toi qui lis ces choses ! Aie une foi vivante en cela ! Qu’advient-il alors du découragement ? Il disparaît entièrement !

Il faut que nous parvenions à une foi vivante. C’est le fondement même. Le point de départ est que nous croyons au pardon des péchés. C’est le moyen qui nous donne accès à ce qui compte le plus, à savoir une vie victorieuse et glorieuse en Jésus-Christ. Nous devons être remplis de toute la plénitude de Dieu en ce qui concerne la sagesse, la bonté, la miséricorde, pour que la douceur de la sagesse puisse être manifestée par notre corps. Quelle vie magnifique ! Dans l’Assemblée, c’est d’une vie intérieure que nous parlons ! Nous ne sommes pas légalistes. Nous n’annonçons pas Moïse et les commandements écrits sur les tables de pierre. Mais nous annonçons les commandements de Jésus, écrits dans nos cœurs et dans nos entendements, ainsi que la force qui nous est accordée pour leur être obéissants, par la grâce en Jésus-Christ. C’est donc une œuvre de la grâce.

Extrait de « Berger et prophète », par Kåre J. Smith
© Copyright Fondation Skjulte Skatters Forlag, Norvège