Voir, entendre ET agir

Voir, entendre ET agir

Ecrit par: Michelle Dokken | Publié: vendredi 31 mai 2013

Est-ce que tu as l’impression qu’il manque quelque chose dans ta vie chrétienne ? Est-ce que tu sens que ce besoin n’a pas été comblé par le message qu'annoncent les différentes assemblées chrétiennes ? Fais connaissance avec Kristin, une jeune femme de 23 ans qui vient de Tulsa, dans l'Oklahoma, aux Etats-Unis. Elle a fait la même expérience, avant d'entendre un Evangile qui a transformé sa vie.

Alors que je suis en visite chez elle, un après-midi, Kristin me raconte son expérience. Elle donne vraiment l’impression d’être la jeune américaine typique, d’un contact facile, gentille et sympathique avec un bon sens de l’humour, mais lorsqu’elle commence à m'en dire un peu plus sur sa vie, je comprends qu'elle est loin d’être « typique ».

Une aspiration après quelque chose de plus

Je sentais que j'avais besoin d'aller à l'église, mais cela prenait toujours la forme d’un événement social... J'aspirais à quelque chose de plus.

Kristin est fille unique et ses parents chrétiens lui ont donné une bonne éducation. Mais à l’adolescence, elle a ressenti une aspiration après une vie spirituelle plus profonde qui n’était pas comblée par les églises qu’elle fréquentait. Elle avait l’impression que le message et les cultes étaient dans une large mesure artificiels et superficiels. Elle refusait de s’associer à ce genre de chose. « Je ressentais le besoin d’aller à l’église, mais cela prenait souvent la forme d’un évènement social », nous explique-t-elle. « Ce n’était jamais sérieux, et j'aspirais à quelque chose de plus, mais je ne connaissais rien d’autre. »

Kristin trouvait aussi que les cultes créaient la confusion. A un certain lieu de culte, on demandait fréquemment à ceux qui croyaient qu’ils iraient au ciel de lever la main. « Je n’osais jamais lever la main, car je n’étais jamais certaine d’y aller. » Le reste des auditeurs semblaient satisfaits d’entendre qu’ils iraient au ciel s’ils acceptaient Jésus dans leur cœur, et croyaient en lui. Mais Kristin trouvait que ce n'était pas assez.

Je me sentais étrangère, et j'ai commencé à me demander si j'étais vraiment chrétienne.

Changement de cap

Lorsqu'elle était au lycée, Kristin a eu des difficultés dans sa vie personnelle, et elle est partie vivre chez des personnes de sa famille au Texas. Durant un week-end, elle s'est rendue, avec une autre fille, à une grande conférence chrétienne qui s’est avérée être tout à fait différente de ce à quoi elle s’attendait. « Je me sentais étrangère, et j’ai commencé à me demander si j'étais vraiment chrétienne car je n’arrivais pas à me comporter de la même façon que les autres. Ils mettaient surtout l’accent sur le fait d’extérioriser des sentiments qui, pour ma part, m'apparaissaient pour la plupart faux et superficiels. » Kristin a un ton grave lorsqu'elle parle de la gêne qu’elle ressentait lorsqu’elle participait à ces réunions, et de la confusion qu’elle éprouvait quand personne ne pouvait répondre clairement à ses questions.

Est-il possible de vaincre le péché ?

Cette expérience a amené Kristin, qui avait ce désir de vivre une vie agréable à Dieu, à chercher les réponses à ses questions dans la Bible. Ce qu’elle lisait a commencé à lui faire une profonde impression. « Ce n’était pas le fait d’aller à l’église qui m'éclairait, mais c’est ce que je lisais moi-même dans la Bible », nous explique-t-elle. Un verset lui a particulièrement parlé : « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés. » (Hébreux 10,26)
« J’ai compris que je ne pouvais plus pécher, parce que je savais dorénavant que la grâce de Dieu pouvait m’être retirée. » Sa voix est grave et assurée lorsqu’elle explique : « Cela a fait naître du zèle en moi car ce verset m'avait convaincue, mais je ne savais pas encore qu’il était possible de vaincre le péché complètement. »

À la première réunion j'ai entendu que chacune de nos pensées était importante

Peu de temps après, Kristin a fait connaissance avec une famille de Brunstad Christian Church, et elle a commencé à fréquenter leurs réunions. « C’était une expérience nouvelle pour moi ; on ne cherchait pas à faire du spectacle : il y avait de la profondeur et de la sincérité. Je me sentais attirée. A la première réunion, j’ai entendu que chacune de nos pensées était importante. Le message de faire mourir le péché qui habite dans notre nature humaine était quelque chose de totalement nouveau. »

Elle a commencé à fréquenter régulièrement ces réunions et elle est devenue une amie des membres de cette assemblée. Mais elle reconnaît qu’elle n’est pas parvenue tout de suite à la vie à laquelle elle aspirait : « Les deux premières années, je n’ai pas pris assez au sérieux l’Evangile que j’entendais. J’ai reçu de la connaissance sur la façon dont je devais vivre, mais au lieu de travailler pour le mettre en pratique dans ma vie, j’ai perdu du temps et je pensais qu’il suffisait d’avoir la juste compréhension des choses. »

Une nouvelle vision de la vie

Kristin a ressenti un plus grand besoin de l'Evangile après s’être mariée. Après avoir eu son premier enfant, elle trouvait difficile de sacrifier son temps et sa liberté pour son petit garçon. « Une bonne amie de Brunstad Christian Church m’a racontée qu’elle avait ressentie la même chose quand elle avait eu son premier enfant, et ses paroles d’encouragement m’ont aidée », dit Kristin avec reconnaissance. « Cette conversation a éveillé quelque chose en moi, je me suis rendu compte que c’était mon propre péché qui rendait les choses compliquées, et j’ai commencé à voir combien j’étais égoïste. »

Je me suis rendu compte que c'était mon propre péché qui rendait les choses difficiles pour moi

Kristin s’est rendu compte que sans reconnaître des péchés comme l’égoïsme, et sans demander à Dieu de l’aide pour avoir la victoire, elle ne pourrait jamais se développer en tant que disciple. Ses situations quotidiennes à son lieu de travail ou bien à la maison ont pris une nouvelle signification. Elle réfléchit un moment puis conclut : « C’est la différence entre comprendre et vivre l’Evangile. En pensant au passé, je me suis souvenue que j’avais vécu plusieurs situations semblables mais au lieu de lutter contre les pensées de mécontentement, je me lamentais sur moi-même. Quand j’ai compris que je pouvais vaincre ces pensées, cela m’a donné l’espoir que l’avenir pouvait être différent – je pouvais être transformée ! »

C’est ce combat contre sa nature pécheresse qui a emmené Kristin à la vraie liberté : « Quand j’ai compris cela, ma vision de la vie a complètement changé », nous explique-t-elle avec enthousiasme. « L’Evangile est devenu une bénédiction et m’a aidé à voir la grande joie que l'on obtient lorsqu'on combat fidèlement. »

Ma vision de la vie a alors complètement changé

Le fils de Kristin passe devant nous en courant, on l'entend rire et crier pendant qu'il joue, Kristin sourit. Je peux nettement ressentir la paix et la joie qu'elle a reçues comme résultat de sa décision de vivre fidèlement selon l'Evangile qu'elle avait entendu. Elle conclut son histoire juste avant que nous nous quittions :

« Je pense à cela chaque jour, et je suis très reconnaissante pour ce que Dieu a fait dans ma vie. La possibilité de renoncer à moi-même, de donner ma vie entière à Dieu et par la même occasion, de partager une telle vocation avec d'autres personnes qui courent vers le même but. C'est la plus grande bénédiction que j'ai jamais reçue. »