Notre Sauveur, Jésus-Christ

Notre Sauveur, Jésus-Christ

Ecrit par: Philip Derkatch | Emplacement: Ottawa, Canada | Publié: vendredi 18 novembre 2016

Il y a des millions de gens qui reconnaissent Jésus comme leur Sauveur. Il le considère comme celui qui a pardonné leurs péchés. C'est une vérité magnifique - il nous a vraiment pardonné. Mais il peut aussi devenir notre Sauveur dans une mesure plus profonde, en nous donnant bien plus que le pardon des péchés.

Il était aussi possible d'obtenir le pardon des péchés dans l'Ancienne Alliance. Au jour de l'expiation, ils étaient purifiés de tous leurs péchés. (Lé. 16, 30) Mais ils avaient bien sûr besoin du pardon des péchés année après année. "Voici de quelle manière Aaron entrera dans le sanctuaire. Il prendra un jeune taureau pour le sacrifice d'expiation et un bélier pour l'holocauste." Pour obtenir le pardon, le peuple d'Israël devaient offrir le sang des taureaux et des boucs pour l'expiation de leurs péchés.
 

Plus que le pardon

Jésus est venu pour nous proposer plus que le pardon - il est venu pour nous donner une transformation totale ! Il a compris que l'expiation des péchés ne pourrait jamais amener les gens à une vie nouvelle et transformée. Il est venu pour nous sauver de notre péché. Cela signifie que nous ne sommes plus obligés de pécher, année après année. Le sang des boucs et des taureaux ne pouvaient pas ôter le péché mais Jésus, lui, peut le faire. (Hé. 10, 4).
 

Jésus comme précurseur

Jésus est venu avec la même chair (la nature humaine) que les enfants. (Hé. 2, 14-16) Il a eu les mêmes tentations que nous, et il les a vaincues pendant qu'il était un homme, sans jamais pécher une seule fois ! (Hé. 4, 15) Comment y est-il parvenu ? A cause de son obéissance, Dieu a pu condamner le péché dans sa chair pendant le temps où il a vécu sur terre, c'est-à-dire avant sa mort physique sur la croix de Golgotha. Il a fait mourir sa propre volonté, bien avant qu'il ne soit crucifié sur une croix de bois. (Ro. 8, 3).


Jésus a été élevé à la perfection au travers de ses souffrances quotidiennes. (Hé.2, 10) Il a fait cela pour conduire le plus grand nombre d'entre nous à la même gloire. Il est notre chef, celui qui a été parfaitement sauvé de tout le péché qui était dans sa chair, et dont il avait hérité par la chute originelle. Si nous suivons ses traces et laissons l'Esprit faire son œuvre, nous pouvons nous aussi faire mourir le péché dans notre chair, et en finir ainsi avec le péché. (1 Pi. 4, 1)


Nous pouvons complètement cesser de pécher si nous acceptons Jésus comme notre Sauveur. En réalité, cela veut dire que c'est possible d'arrêter de se mettre en colère, de se vexer et d'être jaloux. Nous n'avons plus besoin d'être liés par la « convoitise des yeux ». (1 Jn. 2, 16) Nous pouvons être transformés à l'image de Jésus. (Ro. 8, 29). Il a été le premier né d'entre tous les frères. Quel Sauveur !